Le site de Pôle emploi cible d’escrocs

Le phénomène n’est pas nouveau mais les fausses annonces mises en ligne sur la plateforme continuent de faire des victimes.

Des annonces suspectes apparaissent ponctuellement sur le site internet de Pôle emploi. Le problème n’est pas nouveau mais semble connaître une petite recrudescence ces dernières semaines dans le Béarn.

Les équipes de Pôle emploi ne les laissent jamais bien longtemps en ligne. Mais des demandeurs d’emploi ont le temps de tomber sur ces annonces douteuses et se laisser séduire. Elles ne se limitent à aucune profession. En revanche, elles présentent quelques caractéristiques récurrentes qui doivent alerter : salaires extravagants, horaires très arrangeants, orthographe aléatoire…

Où est l’arnaque ?

Le pseudo-employeur peut abuser de la crédulité du demandeur d’emploi de diverses manières. Souvent, il propose une avance sur salaire, via l’encaissement d’un chèque par exemple. Pour un motif divers, il réclame ensuite une restitution partielle de la somme. Sauf que l’argent versé s’avère d’origine douteuse. Il peut aussi demander des informations personnelles (carte d’identité, numéro de compte en banque, etc.), inviter à composer un numéro de téléphone surtaxé, à réceptionner du matériel…

Contact par mail

C’est l’autre moyen d’appâter les demandeurs d’emploi. Joëlle Monléon, une auxiliaire de vie habitant Jurançon, explique avoir reçu des propositions suspectes directement sur sa boîte mail. « J’en ai eu 4 ou 5, c’est le cas aussi de plusieurs collègues. »
L’un des messages proposait par exemple une rémunération mensuelle de 1 600 €, pour quatre heures de travail par jour, avec en sus de possibles primes. Et, comble du luxe, lui laissait le choix entre CDD ou CDI. « J’ai trouvé ça énorme par rapport à la réalité des salaires dans ma profession. En plus, c’était un particulier qui me contactait directement, ce qui est inhabituel. Je me suis dit que c’était du pipeau et je n’ai pas donné suite. »

Dans le Béarn

Si ces arnaques ne ciblent pas directement notre territoire, les Béarnais et les Souletins en font quand même les frais. En février, le commissariat a reçu « coup sur coup trois personnes, dont deux ont déposé plainte, informe la commissaire Agnès Mazin-Bottier. Mais on peut imaginer que toutes les personnes concernées ne viennent pas nous voir. » En moyenne, la police enregistre une quinzaine de plaintes de ce type chaque année. « Certains versent de l’argent, mais ce ne sont généralement pas des grosses sommes. »

Ce que fait Pôle emploi

« Nous prenons le problème à bras-le-corps depuis longtemps, le phénomène a plutôt tendance à régresser chez nous », assure Corinne Billau, directrice adjointe en charge de l’offre de services pour Pôle emploi Nouvelle-Aquitaine. Rien que pour la grande région, plus de 300 conseillers sont chargés de valider chacune des offres d’emploi publiées, aidés d’un algorithme. « Sur les 600 000 annonces présentes sur pole-emploi.fr, nous n’en avons comptabilisées que 500 de suspectes en deux ans », tient à relativiser Corinne Billau. Pour passer les différents filtres, les arnaqueurs usurpent généralement l’identité de véritables employeurs.

Qui sont ces escrocs

Difficile de savoir. Les annonces sont souvent publiées depuis l’étranger. Leurs auteurs sont difficiles à identifier. Dans le Béarn, aucune plainte n’a encore débouché sur un procès.


 MAXIME LAVENANT



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir