Assurance chômage : "Il faut réformer la France et on n'a pas des années" d'après Pierre Gattaz

Invité sur BFM Business ce mardi 20 décembre, Pierre Gattaz, le patron du Medef n'a pas exclu mardi de laisser l’État reprendre la main, éventuellement temporairement, sur l'assurance chômage, un débat ouvert depuis juin, si les partenaires sociaux, syndicats de patrons et de salariés, ne parvenaient pas à s'entendre sur le sujet.

"Si nous ne sommes pas capables en tant que partenaires sociaux, de prendre nos responsabilités pour améliorer ce problème de l'assurance chômage, je ne suis pas contre (le fait) que quelqu'un reprenne la main", a-t-il déclaré au micro de la radio BFM Business. "Ce n'est pas ma priorité, ce n'est pas ce que je préfère, mais je dirais qu'à un moment il faut savoir ce qu'on veut. Il faut réformer la France et on n'a pas des années pour réformer la France", a-t-il ajouté.

Les négociations entre les syndicats et le patronat sur l'assurance chômage sont bloquées depuis le mois de juin, le Medef s'opposant à une demande des syndicats qui souhaitent moduler les cotisations sur les contrats courts.

S'INSPIRER DU MODÈLE ALLEMAND

Bousculés par le calendrier électoral et les critiques sur l'efficacité du paritarisme, le Medef et ses partenaires sociaux ont toutefois renoué le dialogue début décembre, en se donnant deux mois pour relancer les négociations.

Interrogé sur l'idée d'externaliser une partie de la sécurité sociale, Pierre Gattaz a évoqué mardi les lois Hartz sur la réforme du marché du travail en Allemagne, mises en place en 2003 sous le mandat du chancelier Gerhard Schröder. "Ils ont pris le manche sur les partenaires sociaux, ils ont fait des réformes courageuses qui ont permis de redresser l'Allemagne durablement, et ils ont redonné le manche aux partenaires sociaux quelques mois après. Et bien pourquoi pas (faire la même chose en France, ndlr) ?" a-t-il déclaré.

"On a une heure de vérité avec les partenaires sociaux. Si on n'arrive pas à se mettre d'accord avec les partenaires sociaux dans l'assurance-chômage, pourquoi pas en effet quelqu'un d'intelligent, il faut quelqu'un de pragmatique bien sûr, qui fasse les réformes courageusement, qui les ait annoncées à nos compatriotes dans l'élection (...), qui ait donné du sens à ces réformes", a-t-il ajouté, sans préciser s'il faisait allusion à un ou plusieurs candidats à la présidentielle.


avec AFP


A LIRE AUSSI :

>> Assurance chômage: Pierre Gattaz prêt à laisser l'Etat décider | L'Express | 20/12/2016

>> Assurance chômage: Gattaz n'exclut pas de laisser l'Etat prendre la main | Le Figaro | 20/12/2016

>> Assurance-chômage: Gattaz pas opposé à une reprise en main par l'Etat | Boursier.com | 20/12/2016



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir