Quand les conseillers Pôle emploi regardent « Les Têtes de l’emploi ».

Le film de Charlot et Magnier traite d’un sujet à la mode au cinéma : l’emploi. Trois conseillers y décident de créer du chômage pour sauver leur emploi. Les conseillers de l’agence Pôle emploi d’Hesdin sont allés voir le film. Verdict.

Une douzaine de conseillers Pôle emploi, badge épinglé sur le torse, dans la file d’attente : c’est la scène étonnante à laquelle les habitués du Cinos ont pu assister mardi soir. Anne-Pascale Wable, directrice de l’agence Pôle emploi d’Hesdin, avait décidé d’emmener ses troupes voir le carton comique du moment, « Les Têtes de l’Emploi. »

Quelle mouche l’a donc piquée ? « Beaucoup de choses sortent sur notre établissement. Aller voir ensemble un film qui parle de nos métiers, en assumant notre mission, je me suis dit que ça pouvait renforcer le sentiment d’appartenance et la mission de cohésion sociale qui est la nôtre. »

 


Le film n’échappe pas à la caricature

Le chômage étant abordé sous l’angle comique, il n’échappe pas à la caricature. « Le personnage interprété par Franck Dubosc qui radie à tour de bras est très drôle mais très loin de la réalité », estime Maxime, conseiller en indemnisation à Hesdin. Martine, comme d’autres conseillers, y a néanmoins retrouvé du vécu notamment « les bugs informatiques et les chiffres et objectifs motivés par les volontés politiques. »


« Le personnage interprété par Franck Dubosc qui radie à tour de bras est très drôle mais très loin de la réalité »


Finalement ce sont davantage les services qui sont égratignés plutôt que les conseillers à qui l’on fait dire des phrases qui pourraient devenir cultes : « on commence par rater un dessin, on finit par rater sa vie » ou encore « on t’a tellement répété que t’étais fonctionnaire que t’as fini par t’en convaincre ».

Avec ce qu’on peut juger comme le travers de notre époque « moderne », l’obsession du numérique immortalisée par cette scène où, face à la panne informatique, on conseille au demandeur d’emploi d’envoyer un mail. Absurde mais qui ne l’a pas vécu ?

Maxime, pointe, lui, une scène à l’humour douteux : « le demandeur d’emploi qui tente de s’immoler à l’accueil et éteint à l’extincteur par Dubosc, pas sûr que ce soit drôle. » Difficile en revanche de voir, comme l’ont pointé certains médias, la moindre trace de racisme ou de discrimination.


« Le demandeur d’emploi qui tente de s’immoler à l’accueil et éteint à l’extincteur par Dubosc, pas sûr que ce soit drôle. »


Au contraire, selon Fabienne, conseillère elle aussi à Hesdin, « en voulant faire rater le recrutement et en donnant la chance à des personnes censées être «incasables», on découvre des gens motivés et au final ça marche. »

Une question reste en suspens : existe-t-il l’équivalent d’Elsa Zylberstein parmi les conseillères Pôle emploi ?


PHILIPPE LAMBERT


 


Commentaires   

 
0 #2 PBlanc 24-11-2016 15:29
Un film français souvent drôle, parfois osé mais totalement creux malgré les apparences.
Citer
 
 
0 #1 BClouet 24-11-2016 15:24
Une comédie sociale au scénario bâclé
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir