Les stages-farces de Pôle emploi pour inverser la courbe


Massages, hypnose, soins aux animaux... tout est bon pour occuper les 500 000 stagiaires Hollande.

Enfin une bonne nouvelle sur le front du chômage ! Le plan Hollande destiné à mettre 1 million de chômeurs en formation, est sur le point de porter ses fruits. C'est ce qu'a répété Myriam El Khomri la semaine dernière, chiffres à l'appui. A ce jour, selon elle, 450 000 demandeurs d'emploi ont trouvé une place en stage, et, d'ici à la fin de l'année, un peu plus de 209 000 postulants pourraient dénicher la leur. Il faut donc, s'enthousiasme la ministre, redoubler d'efforts pour atteindre et même dépasser ce fameux million.

Mais à quoi servent ces stages ?

Les syndicats, et notamment le SNU-FSU, majoritaire aux dernières élections, ont leur idée sur la question. "Sur le milliard d'Euros débloqué par le gouvernement, 700 millions sont utilisé pour acheter de nouvelles places de formation, soit 2 500 euros par chômeur en stage, constate un de ses responsables. A ce prix-là, la formation ne dure qu'entre deux et trois mois, ce qui ne permet pas de donner une qualification" et d'estimer que ce plan pour les chômeurs masque "un traitement statistique". Que voici : seuls les demandeurs de la catégorie A (ceux qui n'exercent pas la moindre activité) sont mensuellement décomptés. Ceux qui décrochent un stage glissent vers une autre catégorie, la C, et, le temps dudit stage, disparaissent du comptage officiel. Ce qui contribue à la baisse du chômage, ou plutôt des statistiques. Au moment du bouclage du "Canard", l'Elysée s'attendait à une baisse de 18 000 demandeurs d'emploi.

Pôle emploi devient de moins en moins regardant sur l'utilité et la qualité des formations dispensées par les boîtes privées auxquelles le service public passe commande. Coup d'oeil sur la liste des stages proposés aux agences de Normandie : "connaissance des animaux de compagnie, éducateur canin spécialisé, hypnose, hypnothérapie, marionnettes, massage de bien être, naturothérapie". A quand une formation de marchand de soupe ?

Statistiques sous hypnose

D'autres stages réexpédient directement leurs bénéficiaires à la case chômage, quand bien même ces derniers auraient obtenu une véritable qualification, couronnée par un diplôme reconnu. Un exemple ? Jusqu'à présent, Pôle emploi blackboulait impitoyablement toutes les demandeuses d'emploi sollicitant une formation pour obtenir un CAP petite enfance. La profession est déjà sinistrée et encombre les fichiers des demandeurs d'emploi. Changement de programme avec le plan Hollande : Pôle emploi bourre ces stages inutiles.

Depuis le lancement du plan, les sessions fantaisistes, comme celles qui forment masseurs et hypnotiseurs, ont porte ouverte. Et le milliard dégagé fait saliver les maisons de formation. Un stage de crêpier (le cuistot spécialisé dans les crêpes) est facturé 50 euros l'heure par personne. Or les stages (21 heures) ne réunissent jamais moins de 15 "élèves"... soit 750 euros l'heure pour enseigner la bonne manière d'étaler la pâte. Idem pour les formations à l'esthétique corporel, qui avant le plan Hollande, étaient toujours rejetées par le service public. Passer la pommade, un métier d'avenir.

En quête de quotas

L'exécution du plan gouvernemental est menée avec une rigueur quasi militaire. Pôle emploi transmet à chaque direction régionale un quota de placements en stage à atteindre. Ledit quota est dispatché vers les "territoires", qui distribuent ensuite les consignes chiffrées à chaque agence. "Toutes les semaines, le directeur de mon agence tient une réunion pour dire si on est dans les clous. Les pressions sont terribles", gémit un salarié militant à la CFDT. Et les salariés du service public sont déjà débordés. "Dans certaines agences, un conseiller doit gérer un portefeuille de 600 demandeurs d'emploi, peste un responsable du SNU-FSU, Comment peut-il s'occuper du plan Hollande ?"

En attendant, les ordres pleuvent, y compris par mail, et laissent une trace écrite. Petit échantillon de cette littérature reçue par les directeurs d'agences : "Je vous remercie de veiller à remplir impérativement cette session (1er avril)... Je vous invite à promouvoir par tous les moyens que vous jugerez utiles ces opportunités de formation (1er juin)... Un retour des actions engagées et des contacts pris nous est demandé par la directrice régionale (28 juin).

Spleen et arrêts de travail font des ravages parmi les agents. Mais ils n'ont pas de gyrophares pour manifester.





 Mercredi 26 octobre2016 - N° 5009 - Alain Guédé



Commentaires   

 
0 #1 Moreau 01-01-2017 18:50
Bonjour,

merci pour votre article ; pourriez-vous cependant, rédiger un autre article sur une autre réalité, avec des formations financées dans le cadre du plan 500 000, qui aboutissent à des solutions concrètes de reprise du travail !
Je reste à votre disposition pour un témoignage.

Bien cordialement et vive la crêpe
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir