« Chez Pôle emploi, aujourd'hui, nous réfléchissons davantage en termes de compétences que de métiers »

MISOO YOON, Directrice générale adjointe de Pôle emploi en charge de l'offre de services aux entreprises et aux demandeurs d'emploi

Comment anticipez-vous l'évolution du marché du travail ?

Le métier de Pôle emploi ce n'est pas de faire de la prospective. Pour nous, la problématique du chômage, elle est maintenant. Et notre mission c'est de faire correspondre les compétences attendues des employeurs avec celles des candidats que nous avons en charge. Désormais, nous réfléchissons davantage en termes de compétences que de métiers. Un tiers des demandeurs d'emploi retrouvent un métier différent de celui qu'ils ont renseigné au moment de leur inscription. Je pense par exemple à une dentellière qui avait perdu son emploi et a été embauchée dans une usine de fabrication de cartes à puce, où il y a la même exigence de minutie et de sens du détail. C'est donc bien en termes de compétences que nous réfléchissons aujourd'hui et non plus seulement en termes de métiers. C'est un changement de paradigme complet pour nous.

Comment cela se traduit-il concrètement pour les recruteurs et les demandeurs d'emploi ?

Nous avons — avec l'appui d'une start-up, ainsi que de nos experts en interne — analysé près de 5 millions d'offres d'emploi ainsi que 13 000 compétences afférentes. Ainsi, à chaque métier se voit désormais attaché un certain nombre de compétences attendues. A partir de mi-décembre, nous lancerons une nouvelle version de notre moteur de recherche où les recruteurs pourront préciser les compétences nécessaires pour occuper un poste. Il se verra alors proposer des candidats recherchant ce type d'emploi et ayant les qualifications attendues. Ils auront également accès à des suggestions de profils vers lesquels ils ne se seraient pas tournés spontanément. De même, les demandeurs d'emploi pourront valoriser leurs compétences sur leurs CV publiés sur Pole-emploi.fr et se voir ainsi proposer des opportunités correspondantes à celles-ci.

Cette analyse fine de nos données nous permettra également d'ajuster notre offre de formation, qui est un enjeu crucial pour les demandeurs d'emploi.

A l'heure de la révolution numérique, les recruteurs recherchent avant tout des candidats expérimentés dans le digital...

Effectivement, les métiers évoluent, se digitalisent et les compétences doivent évoluer. Depuis le 1er janvier, 740 000 personnes en recherche d'emploi sont entrées ou inscrites en formation par l'intermédiaire soit des régions, soit de Pôle emploi. Pour autant, si la maîtrise de certains logiciels, par exemple, peut s'avérer indispensable, nous nous attachons surtout à préciser la capacité attendue des candidats à exercer dans une situation donnée. Au-delà des savoirs et des savoir-faire, à l'avenir, nous nous intéresserons aussi aux qualités professionnelles qui leur permettent d'interagir dans un contexte de travail. C'est un élément fondamental pour les recruteurs.


Economie - Yoann Pariset



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir