Emmanuel Macron veut que l'Assurance chômage soit gérée par l'Etat

Voilà qui devrait faire du bruit. Ce mardi soir à Montpellier (Hérault), Emmanuel Macron a livré une proposition choc : «Les pouvoirs publics devraient reprendre à leur charge la stratégie et les décisions relatives à l’Unedic», a-t-il déclaré lors d'un discours fleuve sur le thème de «La France qui s'unit». Une petite révolution. «Sur la gestion des grands équilibres de la protection sociale, c'est à l'Etat de reprendre la main», décrypte son entourage.

«On devrait tous pouvoir bénéficier d’une protection sociale qui nous permet de faire face aux grands risques de la vie, à commencer par celui du chômage. Ce que je crois, c’est que l’Etat, plus que les partenaires sociaux, devrait en être le garant. Car c’est bien l’Etat, dépositaire ultime de l’intérêt général, qui doit s’assurer que personne n’est laissé de côté», a ainsi développé Macron au cours de son meeting.

Redonner du pouvoir aux syndicats sur le terrain

En contrepartie, l'ancien ministre de l'Economie dit vouloir redonner du pouvoir aux syndicats sur le terrain, en proposant une inversion de la hiérarchie des normes. «Renvoyons à la négociation d'entreprise sur tous les sujets fondamentaux qui font les relations de travail», plaide Macron pour qui, en la matière, «la loi doit définir un socle minimal». Une position qu'il avait déjà poussée lors de la rédaction de la loi Travail, et qui avait été l'un des points les plus contestés du texte.

Un proche du président d'En marche! définit ainsi ce «changement de paradigme» : «On redonne du pouvoir aux syndicats à la base, mais on redonne du pouvoir à l'Etat au sommet.»


Pauline Théveniaud



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir