L'assurance-chômage au bord de la faillite

Fin 2019, la dette de l'Unédic, le gestionnaire de l'assurance-chômage, passera à plus de 40 milliards d'euros. La situation est catastrophique, d'autant que le chômage devrait repartir à la hausse l'an prochain.

La dette de l'assurance-chômage va grimper à 41,4 milliards d'euros d'ici à fin 2019. Le régime affichait un trou de 25,8 milliards d'euros fin 2015, selon une estimation réalisée en février dernier. Il perd ainsi 15,6 milliards d'euros en quatre ans, selon ces nouvelles prévisions, dévoilées ce mardi par l'Unédic. En février, l'organisme gestionnaire de l'assurance chômage tablait sur une dette de 30 milliards à fin 2016 et de 33,6 milliards à fin 2017, rappelle Le Figaro.

Endettée depuis plus de quinze ans

L'assurance chômage est endettée depuis le début des années 2000. Elle n'a pas enregistré d'excédent depuis 2008. En 2019, le déficit cumulé sera ainsi supérieur à une année de recettes. Cela signifie qu'il faudrait une année entière à 0 % de chômage -contre plus de 10% actuellement- pour que l'Unédic retrouve des comptes à peu près à l'équilibre.

Les comptes de l'Unédic sont plombés par la courbe du chômage, qui devraient repartir à la hausse en 2017 selon ses prévisions (1), et par les contrats à durée limitée. Les salariés dans cette catégorie perçoivent en effet près de 13 milliards d’indemnités mais cotisent seulement à hauteur de 4 milliards.

(1) Le gestionnaire de l’assurance chômage prévoit une baisse de 124 000 chômeurs en 2016 en métropole. Mais dès 2017, leur nombre remonterait de 79 000 personnes, à cause notamment d’un ralentissement de la croissance.




A LIRE AUSSI :

>> L'assurance chômage au bord de la faillite ? | Economie Matin - Paolo Garoscio | 20/09/2016

>> La dette de l'assurance chômage à 41 milliards d'euros fin 2019 | Ouest-France | 20/09/2016

 

A VOIR AUSSI :

 



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir