Leboncoin, ce numéro deux du marché du travail derrière Pôle emploi

Avec 300.000 offres, la plupart peu qualifiées, Leboncoin s’attaque au marché des cadres.

Gratuit, simple d'utilisation et surtout jouant à fond la carte de la proximité, Leboncoin ne pouvait passer à côté du marché des annonces d'emploi. En quelques années, il est devenu la deuxième plate-forme de publication d'offres derrière Pôle emploi, avec 300.000 annonces en ligne.

« Au vu de nos statistiques, on estime qu'entre 50.000 et 100.000 personnes trouvent chaque mois un emploi grâce à nous », affirme son directeur général, Antoine Jouteau, avant d'ajouter : « Cela me fait plaisir, mais c'est intimidant. Cela nous donne une vraie responsabilité sur le marché du travail. »

Pour l'instant, c'est surtout sur le segment des emplois peu qualifiés que Leboncoin a bâti son succès. A 95 %, les offres proposées sur le site concernent des postes d'employés et d'ouvriers. Actuellement, les profils les plus recherchés par les recruteurs sont ainsi les chauffeurs, les cuisiniers, les secrétaires, les commerciaux...

A LIRE AUSSI :

>> Leboncoin l'emploi au coin de la rue | Les Echos PAR NATHALIE SILBERT | 27/05/2016

« En permettant à n'importe quelle entreprise de publier une offre d'emploi, il a rendu visible un marché de masse caché jusque-là », commentait récemment Diego de Brisoult, cofondateur de Géojobs. Selon Antoine Jouteau, un quart des offres du site ne seraient visibles nulle part ailleurs, « contre 20 % il y a un an ».

Façonné par l'usage

L'usage a façonné le site. A ses débuts en 2006, Leboncoin a remplacé l'affichette collée sur la vitrine du café. Puis les TPE et les PME, séduites par la gratuité, se sont mises à passer leurs offres. Au fil du temps, la montée en gamme s'est poursuivie.

Déjà, 400 SSII déposent des offres. A l'âge de dix ans, Leboncoin veut désormais changer de braquet en attirant les offres des grands groupes et, avec elles, celles concernant les cadres, qui représentent moins de 5 % de ses annonces mais font les beaux jours des « job boards ».

A LIRE AUSSI :

>> Comment Leboncoin s'est fait une place parmi des géants | Les Echos PAR NICOLAS RAULINE | 14/09/2016

Dans la foulée, en octobre, le modèle deviendra payant à partir de la sixième annonce déposée dans l'année, en contrepartie d'une kyrielle de services proposés. Un vrai saut... Les grands recruteurs hésitaient jusque-là à publier leurs annonces sur Leboncoin pour des questions d'image, notamment. Certains ont manifestement changé d'avis : la SNCF, Leroy Merlin, BNP Paribas, Truffaut et d'autres ont déjà souscrit à la nouvelle offre de la filiale de Schibsted.


NATHALIE SILBERT





A LIRE AUSSI :

>> Et si Le Bon Coin était plus efficace que Pôle Emploi ? | France Inter - Alexandra Bensaid - Olivier Bénis | 10/09/2016


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir