L'AFPA et Pôle-Emploi ALPC signent une convention contre le chômage

C'est en présence de quelques-uns des responsables d'agences Pôle-Emploi et de l'Association pour la Formation Professionnelle des Adultes de la Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, que Fabienne Roger et Frédéric Toubeau, respectivement Directrice Régionale et Directeur Régional ALPC Afpa et Pôle-Emploi ont signé hier, à Bordeaux, une convention portant sur huit actions opérationnelles dont l'objectif est l'entrée rapide en formation des demandeurs d'emploi. Une initiative ayant pour but de répondre aux besoins en compétences des entreprises et qui fait suite à une convention nationale signée le 10 décembre 2015 ; ce nouveau partenariat devant s'adapter aux besoins et spécificités de la grande région.

« Ceci est un moment important car l'année 2016 est l'année Pôle-Emploi au niveau de la Grande Région » déclare d'emblée, Fabienne Roger, Directrice Régionale ALPC pour l'Afpa. Une affirmation qu'elle s'empresse de compléter, précisant que « l'Afpa ne peut pas fonctionner sans Pôle-Emploi », 80% des prescriptions demandées, émanant de ce dernier.

Principale ombre au tableau pour l'Afpa : le dispositif de formation n'est complet qu'à 80%, ce qui signifie que 20% des places ne sont pas pourvues. Un chiffre qui pourrait sembler modeste mais qui correspond à 200 places disponibles sur le territoire aquitain et près de 2600 au niveau de la grande région. Et bien sûr « autant de demandeurs d'emploi qui pourraient trouver un travail grâce à une de ces formations ». Et ce d'autant plus que « le taux de concordance entre la formation suivie et l'emploi trouvé, véritable indicateur d'utilité formation, est pour la grande région, de 78% pour l'Afpa (moyenne régionale :75% ) », poursuit-elle. « Le taux de classement d'insertion dans l'emploi pour une personne ayant un contrat de plus de six mois étant passée quant à lui, depuis deux ans, de 63% à 67%.

La formation comme rempart au chômage

Aussi, l'objectif affiché du nouveau dispositif est-il clairement de « saturer le dispositif ». Plusieurs moyens sont donc d'ores et déjà prévus dans la nouvelle convention:

♦ Faciliter l'accès des demandeurs d'emploi à la formation (développement de l'info sur l'offre de formation, mise en place d'un processus d'alerte pour les places non pourvues, simplification des démarches administratives grâce à KAIROS (logiciel développé par Pôle-Emploi) et cartographie des demandeurs d'emploi pour favoriser leur mobilité professionnelle.

♦ Développer les différentes voies d'accès à la formation qualifiante (en facilitant l'utilisation de la Validation des Acquis de l'Expérience pour l'accès à la qualification et à l'emploi et en développant l'utilisation du Congé Individuel Formation CDD pour l'accès à la qualification des demandeurs d'emploi.

♦ 
Améliorer l'accès à l'emploi des demandeurs d'emploi et stagiaires de la formation professionnelle et répondre aux besoins de l'économie nationale en matière de compétences (promotion et développement de l'offre à caractère national).

♦ 
Assurer ensemble l'accès à l'emploi des demandeurs en répondant aux besoins en compétences des entreprises et particulièrement des TPE/PME (formation adaptée pour apporter ds réponses aux besoins de compétences dans les territoires).

De nouveaux rapports Afpa/Pôle-Emploi

Un nouveau partenariat qui s'annonce d'autant plus important que l'Afpa, jusqu'ici association loi de 1901 , deviendra en décembre, un Établissement Public à caractère Industriel et Commercial. Une évolution qui lui permettra de se positionner au sein du Service Public de l'Emploi avec son patrimoine et un certain nombre de prestations financées par l’État par le biais de subventions. Des prestations sur le plan de la certification comprenant notamment des VAE collectives, mais aussi sur le plan de l'accompagnement. Et parmi elles, « Agir et agir plus » ; une prestation destinée à un public éloigné de l'emploi, financée dans le cadre du Programme d'Activité de Service Public et prévue pour juin prochain. L'objectif étant ici, non seulement l'insertion dans l'emploi, mais aussi la prise en compte des problèmes périphériques pour pouvoir diminuer le taux d'abandon (8% actuellement pour la grande région). A noter également, la fin des tests cognitifs à l'Afpa (remplacés par de simples évaluations en vue de la construction du parcours), hormis pour les niveaux III et certains niveau IV.

L'Afpa pourrait enfin, en tant qu'EPIC, être centre de certification pour l'ensemble des organismes de formation. Le 1er janvier 2017 devrait également voir la création d'une Société Coopérative d'Intérêt Collectif pour tout ce qui est formation des salariés au sein des entreprises. Une tâche qui incombera au nouvel EPIC, ce qui devrait renforcer la collaboration entre l'Afpa et Pôle-Emploi. Autant d'initiatives qui s'inscrivent dans le plan « 500 000 formations » annoncé en début d'année par François Hollande. Quant à la grande région, elle a accueilli 58 000 entrées en formation en 2015; les inscriptions ayant augmenté pour leur part de 38% entre 2015 et 2016. Un chiffre que Pôle-Emploi et l'Afpa espèrent doubler grâce aux nouvelles mesures.


Emmanuelle Diaz

A LIRE AUSSI :

>> Formation des chômeurs : l'Afpa et Pôle emploi révolutionnent leurs dispositifs | Sud-Ouest | 18/05/2016

>> Emploi, la "Grande Aquitaine" veut mieux former les chômeurs | La Tribune - Bordeaux | 18/05/2016



Commentaires   

 
0 #4 Assurance 29-08-2017 19:18
On sent que vous maîtrisez bien le domaine, le site est
vraiment intéressant
Citer
 
 
0 #3 serrurier 26-08-2017 15:01
Très bioen expliqué, je lis beaucoup de blig de votre secteur d'activitémais votre site eest très intéressant.
Citer
 
 
0 #2 Plombier Parisien 19-08-2017 02:45
bravo pour cce post merveilleusemen bien écrit
Citer
 
 
0 #1 plombier paris 3eme 27-08-2016 09:19
Comme d’habitude, l’article est parfait. bravo
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir