Comment lire les chiffres de Pôle emploi sur le chômage


LE SCAN ÉCO/VIDÉO - Méthodes de calcul de Pôle emploi ou de l'Insee, catégories de demandeurs d'emploi, France métropolitaine ou d'outre-mer... Le Figaro fait le point sur ce que montrent vraiment les chiffres du chômage.

 • Il y a 3,5 millions de chômeurs en France

FAUX - Après la baisse record du mois de mars, la France compte désormais un peu plus de 3,5 millions de chômeurs inscrits en catégorie A en France métropolitaine. La catégorie A comprend les chômeurs sans emploi tenus de faire une recherche active. Cette catégorie est la plus fréquemment mise en avant lors de la publication des chiffres de Pôle emploi. Mais elle n'est pas suffisante à rendre compte de la situation du marché du travail car elle exclut un grand nombre de demandeurs d'emplois qui travaillent de façon réduite (au maximum 78 heures dans le mois) et cherchent à travailler davantage. Pôle emploi recense les demandeurs d'emploi selon cinq catégories:

Catégorie A: Demandeurs d'emplois tenus de faires des actes positifs de recherche d'emploi, sans emploi

Catégorie B: Demandeurs d'emplois tenus de faires des actes positifs de recherche d'emploi, ayant exercé une activité réduite courte (moins de 78 heures au cours du mois)

Catégorie C: Demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, ayant exercé une activité réduite longue (plus de 78 heures au cours du mois)

Catégorie D: Demandeurs d'emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi (en raison d'un stage, d'une formation, d'une maladie…), sans emploi

Catégorie E: Demandeurs d'emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, en emploi (par exemple: bénéficiaires de contrats aidés)
Si l'on prend en compte l'ensemble des catégories, la France métropolitaine comptait, en mars 2016, 6,15 millions de demandeurs d'emploi.

• Les chiffres officiels isolent les départements d'outre-mer

VRAI - Les chiffres des demandeurs d'emploi inscrits publiés chaque mois sont quasi exclusivement centrés sur la France métropolitaine. Pourtant, l'outre-mer recensait en mars 2016 quelque 259.000 demandeurs d'emploi en catégorie A et pas moins de 335.000 demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi, dans l'ensemble des catégories. D'une manière générale, on parle par défaut des demandeurs d'emploi en France métropolitaine.

• Les individus des catégories B et C sont souvent des intérimaires

VRAI - Les catégories B (720.200 pour mars 2016) et C (1,20 million) sont constituées de personnes travaillant, pour les premiers, moins de 78 heures et pour les seconds, plus de 78 heures dans le mois. Dans les deux cas, elles sont tenues de faire preuve de recherche active en postulant à des offres, rencontrant leur conseiller Pôle emploi, mettant à jour leur projet professionnel. Pour la catégorie B, il s'agit, par exemple, d'une femme de ménage qui a travaillé deux heures par semaines chez des particuliers et payée en «chèque emploi service». Pour la catégorie C, ce peut être un cuisinier qui effectue un remplacement à plein temps pendant trois semaines. A la fin du mois, ces individus sont toujours à la recherche d'emploi. «Il s'agit souvent de missions d'intérim», précise Pôle emploi. Les personnes de ces deux catégories parviennent à poursuivre une activité mais celle-ci n'est pas suffisante pour répondre à leur demande.

• Les catégories D et E sont de faux demandeurs d'emploi

FAUX - Ces personnes inscrites à Pôle emploi (697.300 en mars 2016) «ne sont pas tenues de faire des actes positifs de recherche d'emplois», selon les termes officiels. C'est-à-dire qu'elles ne doivent pas prouver qu'elles recherchent activement un emploi. Elles sont soit sans emploi et non immédiatement disponibles parce qu'en formation ou en arrêt maladie par exemple (catégorie D), soit pourvues d'un emploi (catégorie E). Certains salariés en CDD qui savent que, trois mois plus tard, ils rechercheront activement un travail en font partie. En mars 2016, le nombre d'inscrits en catégorie D a très légèrement diminué, passant de 273.500 en février à 273.100. Le nombre d'inscrits en catégorie E a lui fortement augmenté, passant de 422.700 à 424.200.

• Les demandeurs d'emploi peuvent passer d'une catégorie à l'autre

VRAI - En fonction de leur situation, les demandeurs d'emploi changent facilement de catégorie. Une fois diplômé en janvier, un ancien élève d'école de commerce s'inscrit à Pôle emploi. Il fait partie de la catégorie A. Il accepte une mission d'intérim de 35 heures comme commercial en février: il entre dans la catégorie B. En mars, il obtient un CDD de trois mois. Il décide de maintenir son inscription à Pôle emploi puisqu'au terme de ce contrat il sera toujours à la recherche d'un emploi. Durant trois mois, il fait partie de la catégorie E. En fin de CDD, il se fracture l'épaule et obtient un arrêt maladie d'un mois. Il est donc indisponible mais toujours en recherche. Il passe en catégorie D. Il se rétablit et trouve une mission d'intérim de 100 heures dans le mois. Il fait partie de la catégorie C.

• La méthode de Pôle emploi est la seule pour mesurer le chômage

FAUX - En France, on utilise deux indicateurs principaux sur le chômage: le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT, agence spécialisée de l'ONU) calculé par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et le nombre de demandeurs d'emploi (on ne parle pas de chômeurs) inscrits à Pôle emploi. Les tendances dégagées sont proches, même si les méthodes de calcul sont différentes.
Mais ces chiffres peinent encore à rendre compte d'un phénomène: le «halo du chômage». Derrière ce terme se cachent les personnes qui ne travaillent pas, souhaiteraient travailler, mais ne sont pas disponibles immédiatement ou ne recherchent pas d'emploi car elles se sont découragées. Ces personnes ne sont pas comptabilisées dans le taux de chômage au sens du BIT. L'Insee recense donc, à part, les personnes qui composent ce halo. En 2015, l'Insee a évalué le nombre de ces chômeurs découragés ou indisponibles à 2,86 millions.


Le Scan Eco






Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir