Les intermittents dénoncent les opérations immobilières de Pole Emploi

Ce lundi matin, un collectif d'intermittents et de manifestants de la Nuit debout ont mené une action dans les rues de Limoges, dans le but d'interpeller l'opinion sur les opérations immobilières douteuses de Pole emploi en Haute-Vienne et en Corrèze.

Déguisés en vacanciers, la trentaine de manifestants avaient décidé de se rendre au 33 avenue Baudin à Limoges pour y prendre leurs vacances. « C'est chez Pole emploi donc, c'est pour tous les chômeurs », lance l'un d'entre eux.

« A cette adresse, en 2010, Pôle Emploi avait acheté à l'UNEDIC un espace de plus de 800 mètres carrés pour la somme de 955.000 euros. Aujourd'hui, ces mêmes locaux sont en vente sur le site d'une agence immobilière au prix de 550.000 euros », explique Elise, porte-parole du collectif.

Toujours selon les membres du collectif, une situation serait similaire à Brive-la-Gaillarde en Corrèze. « Des locaux ont été achetés pour 700.000 euros et sont en vente pour 430.000 euros. Sauf que Pole emploi pourrait rester locataire. Un comble ! » s'offusque Elise.

Au-delà de ces transactions immobilières « hasardeuses » et « réalisées avec l'argent de ceux qui cotisent », les manifestants dénonçaient un discours de plus en plus présents chez les politiques. « Celui qui consiste à dire qu'il faut faire des économies sur le dos des chômeurs et des intermittents. Quand on voit ce qui se passe, on voit que le problème n'est pas celui du système en lui même mais celui d'une mauvaise gestion ».

Pour lutter contre « l'opacité des comptes de l'UNEDIC », le collectif des intermittents et des précaires du Limousin, compte lancer un audit. Le collectif espère faire connaître les résultats d'ici un an, et en appelle à toutes les bonnes volontés.


Pierre Vignaud



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir