Le Monde demande des chiffres à Pôle emploi, qui refuse

Le Monde veut des chiffres que Pôle emploi ne lui donne pas. Essuyant un nième refus, le quotidien vient de déposer un recours auprès de la commission d'accès aux documents administratifs (CADA).

Il est de notoriété publique que Pôle emploi rechigne à livrer ses données, ce qui n’empêche nullement Jean-Baptiste Chastand, journaliste du Monde sur les questions de travail et auteur du blog En quête d’emploi, d’insister pour obtenir des éléments chiffrés et notamment ceux "de la taille des "portefeuilles" de chômeurs par conseiller et par agence". C’est une enquête menée dans une agence en grève à Saint-Denis qui a conduit le journaliste à se pencher sur l’inégale répartition des agents de Pôle emploi selon les territoires et donc à obtenir des données sur cette répartition. Trop de chômeurs et pas assez d'agents ? Le journaliste veut savoir.

Comme il le raconte sur son blog aujourd’hui, "ces données sont facilement accessibles sur le logiciel interne de Pôle emploi. Le 26 juin 2012, Pôle emploi a d'ailleurs publié la taille moyenne sur l'ensemble du territoire. En moyenne un conseiller suit 161 chômeurs à Pôle emploi. Mais dans certaines agences, ce chiffre monte jusqu'à 500. Depuis le 26 juin 2012, Pôle emploi n'a jamais publié de mise à jour de chiffre". Du coup, le journaliste demande l’accès à ces données depuis le mois de mars, comme il le raconte à @si : "on m’a promis des chiffres en juin, et je n’ai toujours rien. Au mieux je cherche le nombre de chômeurs suivis par conseiller, sinon le nombre de chômeurs moyen suivis par agence".

Dans le genre têtu, Chastand va jusqu’à poser la question à Jean Bassères, directeur général de Pôle emploi, à l’occasion d’un colloque tenu à Science-Po. Dans sa note de blog, le journaliste met en ligne la vidéo de l’événement, et il faut écouter dans la longueur la réponse faite par Bassères pour comprendre que le sujet des données fâche vraiment. L’homme semble agacé par les demandes réitérées de Chastand et considère qu’il ne va pas "extraire les données pour le plaisir de la science ou des journalistes" d’autant que cela demande "un temps de travail assez cher". La science ? En effet, les chercheurs souhaitent eux-aussi disposer de données plus précises de la part de Pôle emploi. Parmi eux, Francis Kramarz, directeur du Centre de recherche en économie et statistique (CREST) et présent également dans le public du colloque, estime que cette pénurie de données ne facilite pas son travail de recherches. Réponse en substance d’un opérateur privé qui travaille avec Pôle emploi: ces données brutes ne sont pas pertinentes, mieux vaut mesurer la qualité de l’accompagnement. Autrement dit: ce n’est pas parce qu’un agent gère de (trop) nombreux chômeurs qu’il est forcément inefficace. Oui, mais sans données, on ne peut le prouver répliquent les chercheurs. Dialogue de sourds.
Pour autant, ces données précises sont-elles disponibles ? On peut en douter en écoutant Bassères qui promet cependant de publier à l’automne une moyenne des portefeuilles de chômeurs par département. Mais quid des chiffres par agence – au nombre de 1000 – ou mieux par conseiller ? "Evidemment que ces chiffres existent, soupire Chastand, sinon comment voulez-vous que Pôle emploi élabore des moyennes ? Avant de faire une moyenne, encore faut-il tous les éléments". Logique. "Je ne dis pas que cette extraction de données est réalisable en une heure, c’est sûrement compliqué, mais on devrait pouvoir y avoir accès, comme toutes les données de l’institution publique si un citoyen, ou un journaliste, en fait la demande."
Aussi Le Monde a-t-il engagé un recours auprès de la commission d'accès aux documents administratifs (CADA), un organisme indépendant qui "reconnaît à toute personne le droit d'obtenir communication des documents détenus dans le cadre de sa mission de service public par une administration". Saisie, la CADA doit maintenant réaliser une enquête auprès de Pôle emploi pour examiner la demande du Monde et émettre un avis favorable, ou non, à la livraison de ces données. Petit bémol : l’avis de la Cada est purement consultatif, et donc Pôle emploi peut ne pas en tenir compte. Restera alors le recours auprès de la justice administrative. A moins que d’ici là, Pôle emploi finisse par lâcher ses données jalousement conservées.


 Anne-Sophie Jacques




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir