"On s'attend en 2016 à une hausse des recrutements", dit le directeur général de Pôle Emploi

Pôle Emploi a mené une enquête auprès des entreprises afin de sonder le marché et estimer ainsi le nombre de recrutements à venir. La tendance serait positive.

Comme chaque année depuis 2010, Pôle Emploi a mené une enquête auprès des employeurs afin de faire le point sur le besoin des entreprises françaises et ainsi appréhender au mieux le paradoxe qui existe entre le chômage de masse et les nombreux emplois qui chaque année restent à pourvoir en France. "450.000 employeurs nous ont répondu. Il ressort que l'on s'attend en 2016 à une hausse des recrutements, de l'ordre 5%. C'est même la plus forte hausse depuis que cette enquête existe", annonce sur RTL Jean Bassères.

Si cela indique bel et bien une tendance positive qu'il reconnaît, le directeur général de Pôle Emploi préfère le pragmatisme. "On a à la fois des chiffres donnés sur la création d'emploi, sur l'intérim et ceux que l'on apporte là. Je reste de nature prudente, je ne crois aux chiffres que lorsque je les constate", prévient-il.



Un effort à fournir pour la formation

Lors de ses vœux aux Français au mois de décembre dernier, le président François Hollande annonçait un plan massif pour la formation, qui devrait permettre à 500.000 personnes d'être "mieux accompagnées vers les métiers de demain". Une nécessité pour Jean Bassères, qui constate que la main d'oeuvre demandeuse de correspond pas toujours aux exigences de compétences des entreprises. "Je crois qu'en France nous avons un problème majeur qui est la sous-qualification des demandeurs d'emploi (...) C'est très important de permettre aux demandeurs d'emplois d'acquérir des qualifications qui vont leur permettre de mieux répondre aux besoins des entreprises".

Même s'il prévient que "la formation ne fait sortir personne des chiffres du chômage", dans les faits, les difficultés de recrutement attendues concernent davantage les emplois dits "plus qualifiés". "Dans les aides aux particuliers, il y a à peu près 50.000 recrutements prévus (...) et à l'inverse des emplois plus qualifiés comme ingénieurs ou ingénieurs informatique où là il y a des difficultés attendues", explique-t-il.

Par ailleurs, à l'heure où le gouvernement souhaite surtaxer les CDD afin de favoriser les embauches en CDI, le directeur général de Pôle Emploi fait savoir que les entreprises ne rechignent pas à offrir des emplois durables, dès lors qu'elles peuvent avoir de la visibilité dans le temps. "Les entreprises embauchent plutôt en CDD au niveau du flux mais l'enquête nous montre que lorsqu'on demande aux entreprises de se projeter sur une année, là elles estiment que les recrutements seront à 55% en CDI ou CDD de plus de 6 mois.", conclut-il dans RTL Midi.


JULIEN QUELEN



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir