Christian Estrosi met la pression sur les chômeurs et Pôle emploi

Marseille - Christian Estrosi, président de la région PACA, et Jean Basseres, directeur général de Pôle emploi, ont signé lundi une « convention de coopération renforcée » - une première en France. Se présentant comme un « grand défenseur de la fonction publique », Estrosi a rappelé les 12 % de chômage dans la région, soit 470 000 personnes, et les nouvelles compétences de la région contenues dans la loi NOTRe en matière de formation et de développement économique. « Il est temps d’essayer ce qui marche », a-t-il déclaré.

70 % de retour à l’emploi

Par cette convention, Pôle emploi s’engage d’abord à réaliser un diagnostic exhaustif des besoins des entreprises en matière d’emploi : main-d’œuvre, typologie de la demande, niveau des salaires, etc. En fonction de ces besoins et du taux de retour à l’emploi, la région décidera alors des « orientations » en matière de formation. Sur ce point, Christian Estrosi a prévenu : pas question de financer des formations dont le taux de retour à l’emploi n’atteint pas 70 %. « Sur les 260 millions d’euros de formation, 48 % seulement permettent un retour à l’emploi, a-t-il indiqué. Je considère donc que 48 % des formations sont utiles. Je dis alors aux organismes de formation conventionnés : s’ils n’atteignent pas 70 % de retour à l’emploi, nous mettrons à terme à leur conventionnement ».

>> A lire : A quoi ressemble le premier budget du nouveau président de région Christian Estrosi?

Saturer la formation

Un des objectifs de Christian Estrosi est d’atteindre « zéro inactivité », ce qui ne veut pas dire un taux de chômage nul, a-t-il aussitôt précisé, mais « l’obligation » pour les demandeurs d’emploi de suivre une activité, notamment par le biais d’une formation. La convention signée lundi oblige donc Pôle emploi à « saturer les places disponibles au sein du programme régional de formation ».

Supprimer le RSA

Depuis qu’il est élu, le président de la région PACA ne cesse de s’émouvoir sur les « 25 000 offres d’emploi non pourvues ». « Cela veut dire qu’il y a une faille, une faiblesse quelque part », a-t-il encore commenté lundi. Pôle emploi et la région vont donc analyser chaque année « les métiers sur lesquels la difficulté à satisfaire faute de candidat…) afin d’identifier des actions spécifiques à mettre en œuvre ».

Dans l’immédiat, Estrosi a aussi émis un « souhait » - plus radical : supprimer le RSA pour les demandeurs d’emploi qui refuseraient deux offres d’emploi « raisonnables », c’est-à-dire à 85 % de leur dernier salaire. Il est temps, selon lui, d’aller vers « plus de comportement vertueux » et d’arrêter « le jeu des allocations ». Mais pour que ce « souhait » devienne réalité, encore faut-il que le gouvernement, le Parlement et les six conseils départementaux de la région soient d’accord.

>> A lire : En cas de deux refus d'offre d'emploi, Estrosi veut (lui aussi) supprimer le RSA

Une proposition dans les 10 jours

Avec cette convention, Pôle emploi s’engage à mobiliser ses 400 conseillers de la région sur la « bataille de l’emploi ». Concrètement, ces agents devront « respecter des délais resserrés de traitement » des offres déposées par les entreprises. Ils devront, par exemple, contacter l’employeur « dans les 48 heures maximum après réception de l’offre ». Et ils seront tenus de lui faire une proposition « dans les 10 jours maxima ». Ils devront enfin réaliser un « reporting mensuel » auprès de la région « sur le nombre d’offres recueillies (…) et les résultats des actions entreprises par Pôle emploi ».


Mickael Penverne


A LIRE AUSSI :

>> La Région et Pôle emploi vont (enfin) travailler ensemble | Nice-Matin -  MIREILLE MARTIN | 12/04/2016

>> Paca : la Région s'engage pour l'emploi | La Provence.com | 12/04/2016



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir