Visite discrète de François Hollande et Myriam El Khomri à Pôle emploi

Le chef de l'État s'est rendu au siège de Pôle emploi pour s'entretenir avec son comité exécutif et son directeur. Par ailleurs plusieurs syndicats ont appelé à la grève dans les agences de trois régions à partir de lundi prochain.

François Hollande et sa ministre du Travail, Myriam El Khomri ont rencontré le comité exécutif de Pôle emploi et son directeur général, Jean Bassères, jeudi 4 février dans la matinée. Une visite discrète qui visait à échanger "sur la politique de l'emploi et l'accompagnement des chômeurs", indique l'Élysée.

Jean Bassères a présenté au président de la République la stratégie de l'agence pour 2016, a précisé la même source, indiquant que cette "réunion de travail", s'inscrivait "dans la continuité du discours tenu par le président le 18 janvier au Conseil économique, social et environnemental" (CESE) et de son déjeuner de mardi avec les présidents de région.

Les régions revendiquent le "pilotage" des formations qui doivent être offertes à 500.000 chômeurs en 2016, conformément au plan d'urgence pour l'emploi annoncé par François Hollande. Philippe Richert, le président Les Républicains de l'Association des régions de France (ARF), souhaite une "régionalisation" de Pôle emploi alors que les syndicats s'y opposent.

Par ailleurs, plusieurs syndicats représentant le personnel de Pôle emploi ont déposé un préavis de grève reconductible pour lundi 8 février dans trois régions (Ile-de-France, Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées et Auvergne/Rhône-Alpes). Ce jour là, un nouveau dispositif sera mis en place pour permettre aux demandeurs d'emplois d'avoir un accès plus direct à leur conseiller référent. "Votre accueil sera réservé aux rendez-vous tous les après-midi", indique Pôle emploi à ses bénéficiaires, qui pourront convenir d'un rendez-vos par mail.

Cinq syndicats franciliens (CGT, FO, le SNU-FSU, SUD et "Continuons la lutte") s'opposent à cette nouvelle organisation. "Le nouveau dispositif appelé 'accès direct à son conseiller' repose sur la fermeture des agences tous les après-midi à l'ensemble des demandeurs d'emploi, sauf ceux qui sont convoqués", expliquent ces syndicats dans un tract commun. En Auvergne/Rhône-Alpes, l'appel est lancé par la CGT, SUD et le SNU-FSU, et en Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées par la CGT et SUD.

La direction de Pôle emploi a souligné mercredi que les agences concernées n'étaient "pas fermées l'après-midi mais réservées aux rendez-vous", et que "s'il y a une demande urgente, elle pourra toujours être traitée, même sans rendez-vous".

Selon le tract syndical, la nouvelle organisation de l'opérateur public, démarrée à l'automne dernier et mise en place progressivement à travers le territoire, a "déjà provoqué une déstabilisation complète de l'organisation du travail". Les syndicats protestent contre la mise en place du "nouveau parcours du demandeur d'emploi", dans lequel ils voient "un renvoi vers internet et des services dématérialisés pour toute une série de services que les demandeurs d'emploi ne pourront plus obtenir en vis-à-vis", a affirmé Rubens Bardaji, délégué syndical central CGT.

"Même le matin, la direction estime que plus les demandeurs d'emploi sont renvoyés vers les postes informatiques en libre accès, mieux c'est", a-t-il commenté, fustigeant une "dégradation des conditions d'accès au service public". "Avoir recours aux services informatiques oui, on ne vit pas au Moyen-Age. Mais dire que le fin du fin, c'est de renvoyer les demandeurs d'emploi vers les services informatiques, et restreindre à ce point les accès aux services d'un agent qualifié, c'est rendre un mauvais service aux demandeurs d'emploi", a poursuivi le délégué cégétiste.

L'association de chômeurs Recours radiation a apporté son soutien à la grève, et réclame, contre une "dématérialisation imposée", une "zone d'accès aux droits" avec des "accueils humains".

avec AFP

A LIRE AUSSI :

>> La visite en catimini de François Hollande au siège de Pôle emploi | Le Point.fr | 04/02/2016



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir