Pourquoi les statistiques de l'emploi se contredisent

En France, les statistiques de l'emploi se contredisent régulièrement. La raison en est simple : les différents organismes ne traitent pas des mêmes périmètres et suivent des méthodologies différentes.

Difficile d'y voir clair dans les statistiques de l'emploi français! Jeudi, l'Insee publiait une note selon laquelle l'économie français avait détruit 900 emplois marchands (hors agriculture) au troisième trimestre. Le même jour, la banque de la sécurité sociale, l'Acoss, chiffrait à 26.000 les créations de postes dans le secteur privé sur la même période. Cette divergence troublante à première vue s'explique en fait simplement. Les deux maisons sont tout aussi fiables. Mais pour mesurer les mêmes phénomènes, elles empruntent des chemins différents.

Ces deux organismes ne mesurent d'abord pas exactement les mêmes périmètres. Le secteur marchand au sens de l'Insee intègre, contrairement à l'Acoss, les particuliers employeurs, mais il ne prend pas en compte en revanche tout le champ de l'action sociale (hébergement médico-social, cliniques privées.. ), qui représente une des branches du tertiaire pour l'Acoss.

Les chiffres trimestriels de l'Insee plus fiables que les données mensuelles de Pôle emploi

L'Insee et l'Acoss ne suivent pas ensuite les mêmes méthodes statistiques. Pour obtenir ses données, l'Acoss utilisent les déclarations des employeurs aux Urssaf, tandis que l'Insee travaille en priorité à partir d'une enquête sur l'activité et les conditions d'emploi de la main-d'œuvre, réalisée par la Dares, le service statistique du ministère du Travail. Les statistiques sur l'intérim, par nature très volatiles, sont particulièrement sensibles à ces choix méthodologiques différents.

Pour varier encore un plus les approches, un petit nouveau, l'américain ADP, livre également depuis la rentrée tous les mois ses propres chiffres de création d'emplois. Cet expert des solutions RH travaille pour sa part à partir des données de ses nombreux clients.

Cet éventail d'approches se retrouvent pour les chiffres du chômage. Les Français sont surtout attentifs à la publication mensuelle de Pôle emploi, qui est commentée par le ministre du Travail. L'établissement livre son estimation, à partir de ses flux d'entrées et de sorties. Le chômeur est alors défini comme une personne inscrite à Pole emploi.

L'Insee publie de son côté des estimations trimestrielles, à partir d'une vaste enquête auprès d'environ 100.000 personnes. L'institut suit la définition du bureau international du travail (BIT), selon qui un chômeur est une personne en âge de travailler (15 ans ou plus), sans emploi, disponible dans les 15 jours et ayant cherché activement un emploi dans le mois précédent. Ces chiffres sont réputés plus fiables que ceux de Pôle emploi, et surtout susceptible de comparaison internationale.


LE SCAN ECO | DÉCRYPTAGES | Anne de Guigné



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir