Les agents de Pôle emploi déjeunent dans le noir

Onze agents de Pôle emploi ont déjeuné dans le noir, hier midi. Une expérience sensorielle destinée à les sensibiliser sur le handicap.

Sur Paris, certains restaurants ont un succès fou avec ce concept de déjeuner ou dîner dans le noir. Hier midi, onze agents de Pôle emploi ont fait cette expérience sensorielle insolite qui dépassait, de loin, la simple distraction. Organisée par le service Santé au travail dans le cadre de la Semaine européenne de l'emploi des personnes handicapées, cette animation se voulait pédagogique. « L'idée est de travailler sur le mieux vivre ensemble en aidant à accepter la différence. Les agents maîtrisent les aspects techniques et administratifs de la question du handicap mais ils ne connaissent pas toujours les contraintes du quotidien de leurs collègues ou des demandeurs d'emploi en situation de handicap », résume Vincent Monier, directeur du Pôle emploi d'Issoudun, qui a également participé à l'expérience.

Le respect des distances

Sept autres agences de la région Centre se sont prêtées, cette semaine, au même exercice animé, hier, par Christophe Gemmo, chargé de développement chez Perf'Handi. Durant le repas, il a guidé les convives tout en les sensibilisant à la question du handicap. « Une notion est à prendre en compte face à une personne handicapée : la résilience. Il faut d'abord chercher à comprendre si elle a accepté sa différence entre ce qu'elle était hier et ce qu'elle est aujourd'hui. Et avoir aussi à l'esprit que toutes les pathologies peuvent être une vraie souffrance, même si elles ne se voient pas. »
Les yeux bandés, les agents ont pris place en avançant en file indienne, autour de la table. Certains, un peu perdus et stressés, ont mis du temps à se construire leurs repères. « Ne vous inquiétez pas, a rassuré Christophe Gemmo. Avec le temps, vos autres sens vont s'optimiser et prendre le relais. » Première difficulté pour ces non-voyants occasionnels : appréhender l'espace et s'organiser pour manger le plus proprement possible. Et le plus efficacement, aussi. Au final, l'expérience a été unanimement appréciée. « Mon problème a surtout été les distances. Je manquais de repères. J'aurais eu envie qu'on me guide davantage. Je me dis que je devrais penser à le faire face à une personne non voyante », a fait remarquer une participante. Une autre s'est surprise à aimer le crumble. « L'aspect visuel me rebute. Mais là, sans l'avoir vu, j'ai trouvé ça très bon ! » Beaucoup ont prévu de refaire l'expérience chez eux.


M.R.



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir