Pôle emploi offre les "bons chômeurs" au privé

Bonne nouvelle, Pôle emploi crée beaucoup de jobs. Mais c'est pour ses prestataires privés.

Le 22 octobre, lors d'un comité central d'entreprise, la direction a présenté aux syndicats la liste des services qui seront sous-traités l'an prochain. Notamment Activ'Emploi et Activ'Projet, des services destinés aux chômeurs récents et considérés comme "autonomes". Soit pas moins de 500 000 chômeurs par an ! Les appels d'offres seront publiés à la mi-décembre pour un début des prestations prévu en juillet 2016.

Syndicats au taquet

Dans un rapport publié en mai 2014, la Cour des comptes jugeait les opérateurs privés plus chers et moins efficaces que Pôle emploi. Certes, reconnait la direction de l'entreprise, mais c'est parce que ces boîtes étaient chargées de s'occuper des chômeurs en grande difficultés.

Rien de tel à prévoir avec Activ'Emploi et Activ'Projet. Et pour la CGT, comme pour FO et la FSU, la suite est écrite : dans quelques mois, les résultats des opérateurs privés, meilleurs que ceux de l'entreprise publique, grâce à cette "clientèle" plus facile à satisfaire, seront mis en valeur pour que leur soient confiées encore davantage de missions.

Justement, en mars dernier, le gouvernement a été autorisé par le Parlement à signer la convention de l'Organisation internationale du travail permettant aux agences privées de s'occuper directement des chômeurs, sans même passer par des appels d'offres de l'entreprise publique.

Alors que Pôle emploi s'est déjà débarrassé de certains publics, en les confiant aux conseils départemenaux (les bénéficiaires de minima sociaux) et aux missions locales (les jeunes), cette nouvelles sous-traitance et "ces éléments mis bout à bout font craindre un plan social", conclut Jean-Charles Steyger, délégué FSU.

Excellent pour inverser la courbe du chômage...

N° 4958 - mercredi 4 novembre 2015 - Jérôme Canard



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir