Cinq choses à savoir sur le nouveau contrôle des chômeurs en Paca

Dix-neuf agents ont été installes ce lundi en Paca. Ils seront chargés d’éplucher les dossiers des demandeurs d’emploi et de détecter ceux qui ne seraient pas en "recherche active".

Ils font leur entrée cette semaine, répartis entre Nice, Toulon, Manosque et Marseille. Huit d’entre eux s’occuperont des 96000 demandeurs d’emploi des Alpes-Maritimes et des 90000 du Var

1- Comment ça marche?

La procédure débutera par "l’examen du dossier du demandeur d’emploi". Si l’équipe soupçonne une "insuffisance de recherche", elle interrogera le demandeur par "questionnaire", puis par "téléphone" et, enfin, en face à face, "si le doute persiste".

À chaque étape, le contrôleur peut décider l’abandon de la procédure. "Le cas échéant, la procédure de radiation [...] est engagée", après un "processus de redynamisationé".

2- Combien de contrôles?

Au plan national, le dispositif vise 180.000 chômeurs par an. Dans le Var et les Alpes-Maritimes, ce seront près de 600 demandeurs d’emploi qui seront ainsi réellement contrôlés chaque mois.

3- Quels sont les objectifs?

Selon le gouvernement, ce dispositif n'est assorti d'aucun objectif en terme de radiations. Tous les demandeurs d'emploi sont susceptibles d'être contrôlés de manière "ciblée", "aléatoire" ou après un signalement émanant d'une agence Pôle emploi.

4- Qu’a révélé l’expérimentation?

Quatre régions, dont Paca, ont servi de test. 95% des contrôles ont été opérés de manière aléatoire, 5% émanaient d’un signalement des agences. Au final, 93% des demandeurs d’emploi étaient bien en "recherche active" et 7% ont été radiés.

5- Quelles sanctions?

Au cours de l’expérimentation, 7 à 15% des chômeurs contrôlés ont été radiés, selon les régions. Les sanctions s’échelonnent entre 15 jours et six mois, avec une suspension des allocations pendant cette période. Après avoir purgé leur sanction, les demandeurs d’emploi peuvent se réinscrire.








Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir