Des intermittents occupent le pôle emploi spectacle à Toulouse

Pour dénoncer les contrôles intempestifs de Pôle emploi, des intermittents du spectacle occupent l'agence spectacle du chemin des Herbettes dans le quartier de Montaudran à Toulouse. Ils l'occuperont tant qu'il n'y a pas de négociations et de "positionnement clair sur la politique de contrôle."

L'agence pôle emploi spectacle du chemin des Herbettes dans le quartier Montaudran est actuellement occupée par des membres de la coordination des intermittent(e)s et précaires de Midi-Pyrénées (CIP-MP). Plusieurs actions de ce type sont prévues, "pour dénoncer la politique abusive de contrôle de pôle emploi en marche cette année", explique Audrey, membre de la CIP-MP. "On veut des explications concernant les abus".

 

Actuellement, deux mandatés de Pôle Emploi sont sur place pour essayer de discuter avec les occupants. Audrey justifie l'occupation de l'agence spectacle n'entend par les revendications des intermittents. "On ne bougera pas tant qu'il n'y aura pas de négociations ou un positionnement plus clair sur la politique de contrôle.", explique Audrey. "Nous sommes face à des exécutants qui ne connaissent pas notre profession et tranchent arbitrairement."

Cette action a été décidée ce matin même, le mardi 22 septembre, en assemblée générale. En cause, les "contrôles, procédures et harcèlements qui se multiplient" pour les intermittents du spectacle. "La suspicion se généralise", dénonce Claude Calonge de la coordination des intermittent(e)s et précaires de Midi-Pyrénées (CIP-MP).

Selon la CIP-MP, Pôle Emploi a engagé une "politique de répression" via des contrôles mandataires abusifs, des heures de travail non prises en compte, déni du code du travail, arrêt de l'indemnisation avec obligation de rembourser des sommes très importantes, allant parfois jusqu'à 10 000 euros.

Une aggravation des conditions de vie des intermittents du spectacle, dont les dossiers sont traités à... Chavanod, près d'Annecy en Haute-Savoie. Claude Calonge : "Le constat est clair : tous les moyens sont bons pour exclure toujours plus de salarié(e)s de leurs droits à l'allocation chômage."


Cécilia Sanchez






Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir