Bobigny : l’agence Pôle emploi fermée après une fusillade

Les plus matinaux des agents de Pôle emploi ont eu un choc ce jeudi matin à Bobigny. En ouvrant la porte de leurs bureaux, situés rue Myriam-Makeba, ils ont constaté que les vitres de l’espace cuisine portaient plusieurs impacts de balles.

L’immeuble abritant l’agence présentait également les traces de tirs. « C’est assez impressionnant, traumatisant même », confie un employé.

Il est vraisemblable que l’agence Pôle emploi n’était pas visée par ces coups de feu. Le bâtiment qui l’abrite a essuyé les tirs perdus d’une fusillade survenue dans la nuit de mercredi à jeudi. Une nuit qui semble avoir été particulièrement agitée à Bobigny. A quelques centaines de mètres de là, un homme a été blessé par balles. Les faits se sont produits rue Hector-Berlioz, peu après 1 heure du matin. Un tireur, cagoulé et muni d’une arme d’épaule, aurait visé la victime, la blessant à la cuisse. Ses jours ne semblent pas en danger.

Ce jeudi, l’agence Pôle emploi a gardé porte close. Les enquêteurs de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis se sont longuement attardés dans les locaux. Le personnel a également reçu la visite des représentants de leur direction régionale, et d’une équipe de psychologues, disposés à recevoir les salariés qui éprouvaient le besoin de parler.

« On ne se sent pas en sécurité, affirme l’un d’entre eux. Cela fait un an seulement qu’on est installés à cette adresse, et on a déjà connu plusieurs incidents : une porte fracturée, le digicode arraché… » Laurent Kazmierczak, porte-parole de Pôle emploi Ile-de-France, indique ne pas avoir connaissance de ces incidents. Il confirme en revanche que l’agence restera fermée jusqu’à lundi matin. « Deux agents de sécurité seront à l’entrée, et nous avons obtenu une surveillance policière renforcée », précise-t-il, en annonçant que Pôle emploi va déposer plainte.

Les coups de feu nocturnes ont également dégradé une voiture dans le quartier. La victime pourra peut-être éclairer les enquêteurs.


Gwenael Bourdon et Carole Sterlé



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir