Chaque mois, Pôle emploi envoie plus d'un demi-million de SMS de rappel

Tous les chômeurs sont tenus de réactualiser leur profil une fois par mois, sous peine de voir leurs indemnités suspendues.

C'est à une gigantesque gymnastique administrative que procèdent chaque mois Pôle emploi et ses usagers. Afin de mettre à jour les fichiers, quelque six millions et demi d'inscrits sont en effet tenus d'actualiser mensuellement leur profil, à partir du site Internet de Pôle emploi, par courrier ou auprès de leur conseiller. C'est vrai des trois millions et demi de chômeurs qui ne travaillent pas du tout, mais aussi de tous ceux qui ne sont pas tenus de rechercher activement un emploi, par exemple parce qu'ils sont en formation.

Omettre cette formalité a une double conséquence pour le demandeur d'emploi: il ne figure plus dans les statistiques du chômage et ses indemnités sont suspendues. Le premier effet explique que la forte augmentation des désinscriptions enregistrée en août 2013, du fait du «bug SFR» qui a empêché l'envoi de nombreux SMS de rappel, ait parallèlement amplifié la baisse du chômage. Mais la deuxième est beaucoup plus concrète pour le demandeur d'emploi indemnisé (la moitié de ceux qui sont inscrits à Pôle emploi), qui doit se réinscrire pour percevoir à nouveau ses indemnités.

Un peu moins de la moitié des chômeurs qui n'actualisent pas leur profil le font simplement parce qu'ils ont retrouvé du travail, souligne la Dares. Mais pour près de un sur cinq, la sortie de Pôle emploi était suivie d'une réinscription immédiate, ce qui donne à penser qu'elle n'était pas volontaire. En décembre 2014 - c'est la période sur laquelle porte l'étude du ministère du Travail -, ces sorties non intentionnelles ont tout de même représenté 86.000 personnes.

75% des relances par SMS

Les conséquences sont potentiellement lourdes pour les chômeurs. Elles ne sont pas inexistantes pour les conseillers, qui passent du temps à réinscrire les demandeurs d'emploi sortis des listes par erreur. «C'est du travail administratif en plus. Pendant ce temps, les conseillers ne se consacrent pas à leur mission principale, l'accompagnement des chômeurs dans leur recherche d'emploi», explique Pôle emploi. Ce constat a conduit l'organisme, lors de sa création en 2009, à décider de relancer systématiquement tous les chômeurs qui n'ont pas actualisé leur profil, cinq jours avant la date limite. «Nous contactons chaque mois quelque 800.000 personnes», expliquait l'établissement public en 2013.

Les chômeurs qui ont accepté la dématérialisation des échanges avec Pôle emploi sont contactés par SMS ou par mail, selon leur préférence au moment où ils se sont inscrits. 75% des relances sont réalisées par SMS, ce qui représente chaque mois entre 550.000 et 650.000 SMS envoyés automatiquement. Seules 10% des relances sont encore réalisées par courrier.

Mise en place en 2009, la pratique de la relance n'a cependant pas fait chuter le nombre de cessations d'inscription involontaires. «Elle n'a eu aucun impact significatif sur les chiffres», constate Michel Abhervé, économiste à l'Université de Paris Est Marne-la-Vallée. En aurait-elle maintenant en sens inverse? «Certains demandeurs d'emploi se sont peut-être habitués à recevoir un message de relance, et l'attendent pour s'actualiser. Mais un tel impact sur les chiffres du chômage me semble étonnamment fort», juge l'économiste.


Marie Bartnik

2015-047 - Les sortants des listes de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en décembre 2014 (juillet 2015) (pdf - 1.2 Mo)


A LIRE AUSSI :

>> Supprimer les SMS d'actualisation à Pôle Emploi, dernière idée de Rebsamen | Le Point.fr - CHARLOTTE CHAFFANJON | 18/08/2015



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir