Pôle emploi défend ses statistiques

Les statistiques mensuelles du chômage publiées par Pôle emploi sont "parfaitement fiables", mais peuvent être "impactées par des modifications de procédure", a défendu mardi Jean Bassères, patron de l'opérateur, après deux mois marqués par des changements de méthodologie qui ont rendu les chiffres ininterprétables. Pôle emploi publie chaque mois le nombre de demandeurs d'emploi inscrits sur ses listes et les classe par catégorie: sans activité (catégorie A); ayant travaillé moins (B) ou plus (C) de 78 heures au cours du mois; en stage, formation ou maladie (D); en contrat aidé ou création d'entreprise (E).

"Nos statistiques mensuelles ont été labellisées par l'autorité de la statistique publique en 2014. Elles sont conformes au standard européen", a fait valoir M. Bassères, dans une interview au quotidien L'Opinion. "Elles sont donc parfaitement fiables", a-t-il assuré, répondant ainsi indirectement au ministre du Travail François Rebsamen, qui jugeait la semaine dernière que les chiffres de Pôle emploi n'étaient "pas l'outil statistique le plus fiable". Ces statistiques "peuvent naturellement être impactées par des modifications de procédure", a toutefois admi M. Bassères. Ce fut notamment le cas en mai et en juin. Les chiffres de juin, publiés lundi, ont été obtenus à partir de données plus affinées que les mois précédents, ce qui a conduit à faire changer de catégorie certains chômeurs, rendant toute comparaison impossible.

Le ministère évalue à environ 25.000 le nombre de demandeurs d'emploi sortis de ce fait des catégories A, B et C (sans activité ou avec une activité réduite). Quant aux chiffres de mai, ils avaient été entachés d'un "événement inhabituel", l'envoi de deux messages de relance supplémentaires aux chômeurs, par SMS et message vocal, afin de leur rappeler de penser à "actualiser" leur situation auprès de Pôle emploi. Ce changement avait abouti à doubler l'ampleur de la hausse, selon le ministère du Travail, qui avait demandé à Pôle emploi et à la Dares (chargée des statistiques du ministère) de "mieux encadrer cette procédure de gestion des relances".

"Nous avions observé que le mois de mai était particulier, avec peu de jours ouvrés", et "nous craignions que le taux de personnes qui ne s'actualisent pas soit élevé", s'est expliqué le directeur de Pôle emploi. Mais à l'avenir, "pour simplifier et rendre plus simple cette démarche, nous souhaitons désormais garder la règle d'une seule relance par SMS, quel que soit le mois", a-t-il affirmé.


ECONOMIE - FLASH ECO avec AFP


A LIRE AUSSI :

>> Chômage : le directeur de Pôle emploi défend la fiabilité des chiffres | Le Point.fr | 28/07/2015

>> Chômage : et si la France adoptait une méthode de comptabilisation vraiment fiable  | Le Figaro.fr | 28/07/2015

>> Chômage : Solère veut une commission d'enquête parlementaire sur le calcul des chiffres  | Le Figaro.fr | 28/07/2015



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir