Les arrêts maladie record des fonctionnaires de Pôle emploi

Les agents publics de Pôle emploi sont moins payés que les salariés privés mais deux fois plus absents. Ils prennent aussi cinq fois plus d'arrêts maladie de longue durée.

La mesure de l'absentéisme a jeté un pavé dans la mare à Pôle Emploi. Selon le bilan social de l'année 2014, qui a filtré fin avril, les agents publics de l'opérateur sont absents en moyenne 30,6 jours par an pour maladie, contre 17,1 jours pour les agents privés. Ils totalisent même, en proportion, cinq fois plus d'absences pour longue maladie (arrêt de plus de 240 jours). Un écart révélateur d'après les syndicats, mais pas selon la direction.

Lors de la fusion de l'ANPE avec les Assedic en 2008, 5000 agents ont refusé de passer sous statut privé. Représentant aujourd'hui un peu moins de 10% des 55.559 salariés de Pôle emploi, ils sont passés à côté d'un fort manque-à-gagner en terme de rémunération. Pour certains syndicats, cela explique leur plus forte propension à l'absentéisme. En effet, leur rémunération moyenne est inférieure de 34% à celle des salariés privés: 23.574 euros contre 35.949 euros, d'après le bilan social 2014. Une partie de l'écart s'explique par le fait qu'ils sont payés sur 12 mois contre 14 et demi pour leurs collègues, en comptant les primes. Mais même sur un seul mois (décembre 2014), une différence d'environ 20% subsiste.

 


«La pression psychologique est telle que certains se mettent en arrêt»

Jean-Charles Steyger, délégué syndical


D'autres syndicats pointent du doigt la «mise à l'écart» des anciens agents de l'ANPE dans les collectifs de travail. Ces derniers souffrent d'une «marginalisation de leur identité, de leur statut», affirme à l'AFP Jean-Charles Steyger, délégué syndical central SNU-FSU. «La pression psychologique est telle que certains se mettent en arrêt».

La direction dément les critiques

Depuis l'ébruitement du rapport, le comité central d'entreprise (CCE) de Pôle emploi s'est réuni plusieurs fois. Aucun syndicat n'a voté d'avis favorable sur le Bilan social. La CGT critique «le gel de la valeur du point d'indice de la fonction publique» et «déplore la montée continue des accidents et des maladies liées à l'activité professionnelle des agents, symptôme d'une dégradation réelle des conditions de travail, minimisée et occultée par la Direction». Le syndicat CFE-CGC souligne que le taux de promotion des agents publics, en baisse, est maintenant proche de zéro (0,38%) et déplore le «manque de commentaires, de données qualitatives de la part de la Direction Générale».

De son côté, la direction nie que l'écart d'absentéisme soit révélateur. Elle y voit plutôt le signe de la meilleure protection des agents publics. «Il n'y a pas plus d'absentéisme chez les agents publics que chez les agents privés, car ces absences sont proportionnelles au nombre des longues maladies» a-t-elle indiqué lors du CCE du 5 mai, selon le compte-rendu du syndicat SNU-FSU. «La différence s'explique notamment par le fait que la protection des agents publics est plus forte dans le cas d'une longue maladie car elle va jusqu'à 5 ans de prise en charge contre 3 ans pour les agents privés», ajoute la direction.


LE SCAN ÉCO | Jade Grandin de l'Eprevier



Commentaires   

 
0 #1 popolette 29-06-2015 16:49
Cet article est du réchauffé, on en a déjà beaucoup parlé. Tout le monde sait qu'on fait dire ce que l'on veux à des chiffres.

Je suis agent public, fière de l'être même si on est complément discriminé et nié aux seins de cette Maison qu'est POLE EMPLOI et aussi au sein des agences, je suis conseillère à l'emploi et mon dernier arrêt remonte à 2012
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir