Pôle emploi déploie son plan d’actions 2015 pour la Haute-Normandie

Social. Avant la fusion des directions de Haute et Basse-Normandie programmée au 1er janvier 2016, Pôle emploi Haute-Normandie livre son plan d’actions pour l’année en cours.

Une situation qui reste préoccupante, un taux de chômage supérieur d’un point à la moyenne nationale, un chômage de longue durée qui insiste lourdement. Face à cette situation, soulevée par le préfet de Région, Pierre-Henry Maccioni, l’État se mobilise avec Pôle emploi et ses partenaires. « La situation est certes encourageante pour les jeunes, avec une baisse des demandeurs de 1,3 % en février, et de 3,2 % sur un an. Mais pour les seniors, la situation ne s’améliore pas. D’où un plan d’actions mené conjointement avec la Région Haute-Normandie. »

DÉMATÉRIALISER AUTANT QUE POSSIBLE

Directeur régional de Pôle emploi, Thierry Lemerle évoque 1 milliard d’euros redistribué aux demandeurs d’emploi, 30 M€ consacrés à des actions de formation. Même considération en Basse-Normandie. À noter d’ailleurs que les deux régions ne feront plus qu’une le 1er janvier 2016, leur direction fusionnant mais les agences demeurant.

Taux de retour à l’emploi, taux de satisfaction des usagers..., l’institution sait qu’elle est « surveillée » de près. Elle réagit en adaptant son offre de services « avec des effectifs contraints mais constants », selon le directeur régional. La rigueur est donc de rigueur, comme pour tous les services de l’État.

Comment agir alors ? « En dématérialisant l’inscription des demandeurs. 80 % des inscriptions le sont déjà. Les plus démunis, ceux qui n’ont pas d’accès Internet, ne sont pas concernés évidemment, poursuit Thierry Lemerle. Le système de suivi des demandeurs « 100 % web » concerne déjà 2 200 demandeurs qui n’ont pas besoin de se déplacer, ont des entretiens par webcam... 90 % des personnes concernées se disent satisfaites de ce service. L’idée, c’est de libérer du temps aux conseillers pour qu’ils suivent des demandeurs en nombre plus restreint, de façon plus personnalisée. On parle là des demandeurs les plus éloignés de l’emploi, sans formation, chômeurs de longue durée... »

Pôle emploi annonce par ailleurs le recours à 80 conseillers dédiés au traitement des offres des entreprises, ayant également pour mission un plan de prospection sur la base de diagnostics territoriaux. L’idée étant d’anticiper au maximum sur les besoins en main-d’œuvre. Ils seront totalement opérationnels d’ici le mois de juin. « Le but est de transformer les intentions d’embauche en réelles embauches », ajoute le directeur régional. Pour cette année 2015, l’enquête sur les besoins de main-d’œuvre met en avant 27 315 intentions d’embauche manifestées par les employeurs.

Marc Braun



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir