Le «naufrage» Pôle Emploi

Hervé Chapron, ex-directeur général adjoint de Pôle Emploi, est l’auteur d’un livre à charge contre l’institution. De passage à Amiens à l’invitation du Medef, il s’en explique

Pourquoi avoir écrit ce livre « Pôle Emploi, Autopsie d’un naufrage ? »

L’idée est venue d’un constat simple. Je me suis demandé comment cette institution, présentée à sa création en 2008 comme la plus grande des réformes administratives, et qui avait pour ambition de conduire au plein-emploi, était devenu aussi inefficace au point d’occuper la dernière place dans le classement des services publics.

Pourquoi parlez-vous de naufrage ?

Pôle Emploi était présenté comme une très grande réforme, mais si c’est pour réformer ainsi, autant s’abstenir. La première responsabilité de cet échec revient aux politiques. Il est incompréhensible de constater que quelque chose dont on parle depuis 25 ans, à savoir la fusion de l’ANPE et de l’Assedic, a été aussi mal préparé. Nicolas Sarkozy a voulu le mettre en place car c’était dans son programme électoral mais on est allé trop vite, parce qu’il fallait que ça se voit.

La création de Pôle Emploi coïncide également avec le début de la crise. N’est-ce pas une circonstance atténuante ?

Certainement. Pôle Emploi a dû abandonner sa vocation de recherche d’emploi car il a fallu sécuriser. Mais encore une fois, si cette administration est devenue aussi inefficace c’est avant tout parce que la mutation n’a pas été suffisamment préparée. Aujourd’hui, Pôle Emploi ne fait que compiler des offres qui sont bien moins consultées qu’un site comme Le Boncoin. Et Pôle Emploi assure surtout de la flexibilité aux entreprises par le biais de CDD qu’au travers d’emplois durables.

Que préconisez-vous ?

Tout d’abord de donner à cette institution des moyens pour la formation professionnelle. Sur 32 milliards d’euros de fonds dédiés à ce secteur, Pôle Emploi n’en gère que 1, 5 milliard, cherchez l’erreur. Il faut ensuite davantage régionaliser pour avoir un meilleur maillage territorial, et mettre les conseils régionaux dans la problématique de l’emploi. Il faut enfin revoir la politique de l’offre et avoir un vrai suivi auprès des entreprises.
Vous avez été directeur général adjoint de Pôle Emploi jusqu’en 2012, date de votre départ en retraite. Pourquoi ne pas avoir fait ces préconisations plus tôt ?
Je n’avais pas le recul nécessaire.

Propos recueillis par FABRICE JULIEN



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir