Allocations chômage : Occupation, mobilisation, négociation

Trente-cinq pôles emploi étaient occupés par des chômeurs et intermittents ce mardi matin, selon la CGT, 38 d’après la Coordination des intermittents et précaires d’Île-de-France (CIP-IDF).

Marseille Belle De Mai, Gennevilliers, Beaumarchais, La Seyne-Sur-Mer, Villeneuve St Georges, Caen, Cherbourg, Belfort ou encore Limoge… Ces occupations avaient pour but de faire pression sur les négociations qui se déroulaient au même moment, au siège du Medef.

Les partenaires sociaux étudiaient ce matin les dysfonctionnements des "droits rechargeables", mesure phare de la nouvelle convention d’assurance chômage, mise en application le 1er octobre 2014.

Des dysfonctionnements dénoncés depuis un mois par une campagne d’information et de mobilisation, "catadroitsrechargeables".

Certains syndicats et coordinations avaient déjà alerté sur les conséquences d’une mise en place des "droits rechargeables", lors de la négociation de la convention d’assurance chômage, l’année dernière.

L’UNEDIC, organisme de Pôle emploi, gestionnaire de l’assurance chômage, avait lui-même estimé en juin dernier que 500 000 demandeurs d’emploi pourraient être pénalisés par ce mécanisme.

Depuis la mise en place du système, en octobre dernier, les plaintes se sont multipliées. « Les collectifs locaux sont submergés d’appels, de messages, de visites auxquels nous devons faire face. Ces débordements révèlent une situation bien plus dramatique que le chiffre communiqué par l’Unedic », témoigne une Coordination nationale des permanences d’accueil juridiques contentieux.

 

Charles Thiefaine

A LIRE AUSSI :

 

>> Pôle emploi : 500 000 victimes de leurs droits | Politis.fr | 2 mars 2015

 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir