A quoi ça sert que Pôle emploi fasse de belles études si personne ne les croit ?

Nous avons à plusieurs reprises déploré que Pôle emploi ait son propre service d’étude, et souhaité qu’un pôle d’études sur l’emploi soit mis en place, positionné de façon indépendante par rapport aux opérateurs

La conséquence du positionnement actuel du service d’études au sein de l’opérateur aboutit à un résultat inévitable, le fait que les résultats des études ne sont que très peu pris en compte par d’autres, et parfois même par Pôle emploi lui même (voir Pôle emploi ne lit pas ses propres études : application au choix des OPP).

Dernier exemple en date à propos des aides à la mobilité géographique. Alors que Pôle emploi publie une étude montrant tout l’intérêt de sa nouvelle politique dans ce domaine, le rapport de l’IGAS d’évaluation du plan de lutte contre la pauvreté (voir Verbatim du deuxième rapport d’évaluation du plan de lutte contre la pauvreté ) en donne une appréciation fort critique ”A ce jour, Pôle emploi a réformé son outil d’accompagnement en faveur des travailleurs mobiles en fusionnant les aides à la mobilité pour reprise ou recherche d’emploi comprenant les frais de déplacement, d’hébergement et de repas. La mission considère que cette mesure de simplification n’est pas à la hauteur des enjeux, alors que de nouvelles études récemment diffusées confirment l’ampleur du problème “

Il faut dire que cette étude intitulée ” Un coup de pouce pour le retour à l’emploi” ne peut convaincre que ceux qui l’ont commandité et peut-être ceux qui l’ont réalisé. En effet constater que “Les trois quarts des bénéficiaires de l’aide à la reprise d’emploi occupent un emploi six mois plus tard” pourrait être intéressant. Mais comme, ce que cette étude se garde bien de dire, c’est que, pour les résultats étudiés, c’est à dire les bénéficiaires de la mesure en 2013, l’obtention d’une aide à la reprise d’emploi était conditionnée à la présentation d’une copie de contrat de travail d’au moins 6 mois, comme l’explique le blog Pôle m’emploie, toujours riche en informations sur Pôle emploi, vu de l’intérieur

Au lieu de se féliciter d’un chiffre positif, il aurait plutôt fallu s’interroger sur le quart de contrats non honorés, malgré l’aide. Surtout si on y ajoute que dans “neuf cas sur dix, l’emploi occupé est celui pour lequel l’aide a été attribuée“, ce qui montre que 10 % supplémentaires des bénéficiaires ne sont pas dans le schéma qui justifiait l’aide.

Mais ce n’est pas grave, puisque sans lien avec cette étude les modalités de cette aide ont été modifiées, ce qui conduit à s’interroger sur l’utilité d’une telle étude, puisqu’elle ne sert pas à Pôle emploi à fonder ses décisions.

A moins qu’elles servent, lorsqu des médias peu rigoureux les reprennent, comme l’a fait Ouest-France, souvent plus vigilant,dans la stratégie de communication de Pôle emploi, qui ne semble pas se rendre compte que la diffusion d’informations qui ne sont plus opérationnelle contribue plus à dégrader son image qu’à le revaloriser.

Confondre études et communication ne peut être que source de déconvenues. Au moins l’IGAS a montré qu’il ne tombait pas dans le piège des études auto justificatives de Pôle emploi

@ Michel Abhervé pour Alternatives Economiques

Michel Abhervé

Professeur associé à l'université de Paris Est Marne la Vallée, il y enseigne l'économie sociale et les politiques publiques dans une licence professionnelle « Management des organisations de l'économie sociale ». Il a mis en place la possibilité de suivre cette formation en apprentissage. Il intervient également dans le Master rénové «Management de l'insertion dans l'économie sociale et solidaire » et contribue à l'animation du site ressources pour l'économie sociale www.univ-mlv.fr/ecosoc.

Michel Abhervé a exercé des responsabilités politiques en étant pendant plus de 20 ans élu à Evry et au conseil régional d'Île-de-France. Il a en particulier suivi des dossiers concernant l'insertion, la formation professionnelle, assuré la présidence de l'Union nationale des missions locales, et vient de suivre pour les employeurs de l'économie sociale le Grenelle de l'insertion, à travers un blog

>> Le blog de Michel Abhervé (Alternatives Economiques)





Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir