Les rêves ne chôment pas!

"Plus de 3 millions de chômeurs", "Pôle Emploi", "Licenciements", "Harcèlement", "L'emploi au plus bas", "baisse du niveau de vie", "Mais comment retrouver du travail dans ce secteur sinistré ?", "Inactif", "Allocation chômage", ...

Voilà, le champ lexical que nous renvoie la majorité de la société et des médias dès que l'on parle du chômage. Le chômage est une maladie honteuse, cachez moi ce chômeur que je ne saurais voir, j'aurais peur de l'attraper. D'autant plus anxiogène qu'il est de plus en plus contagieux. 

Le chômeur n'est plus une personne à part entière, il n'est plus classé dans la catégorie de la population "Active".
Qui est-on lorsque nous ne sommes pas un "actif" ? Qui suis-je quand je ne fais et n'ai plus rien, à l'heure où la moindre bimbo décérébrée peut faire un buzz sur du vent ?

Lire la suite : Les rêves ne chôment pas!

Les chômeurs vont battre le pavé

Des "invisibles" se mettent en marche dans plusieurs villes de France pour rejoindre Paris, porter leurs revendications et "faire boule de neige".

Ils n'ont jamais été aussi nombreux et restent pourtant "invisibles" : une marche de chômeurs s'élance lundi à travers la France, avec l'espoir de "faire boule de neige". Mais dans un contexte de précarité grandissante, mobiliser et être entendu sont plus difficiles que jamais, expliquent associations et experts. Plusieurs dizaines de demandeurs d'emploi prennent la route depuis Montpellier (Hérault) et Haguenau (Bas-Rhin), pour une arrivée prévue le 6 juillet à Paris, avec le souvenir de la mobilisation de l'hiver 1997-1998.

Lire la suite : Les chômeurs vont battre le pavé

«Face au chômage, les jeunes n'ont qu'une perspective : la révolte»

INTERVIEW Alors que les ministres du travail allemand, français, italien et espagnol se retrouvent vendredi à Rome sur ce sujet, Bernadette Ségol, secrétaire générale de la Confédération européenne des syndicats, dénonce la mollesse de l'Europe face au fléau qui ravage le continent.

«Le chômage des jeunes représente un risque systémique», a assuré la chancelière allemande Angela Merkel. Après l’annonce, fin mai, d’un «new deal» face à cette urgence, les ministres du travail allemand, français, italien et espagnol se retrouvent vendredi à Rome. Objectif: «Echanger des opinions et créer une coordination» entre les quatre premières économies de la zone euro sur l’emploi des jeunes actifs, avant le conseil européen des 27 et 28 juin à Bruxelles. Et le déblocage -timide- de 6 milliards d’euros pour lutter contre un mal qui touche 23,5% des jeunes sur le continent. Entretien avec Bernardette Ségol, secrétaire général de La confédération européenne des syndicats.

Lire la suite : «Face au chômage, les jeunes n'ont qu'une perspective : la révolte»

Moins d'un chômeur sur deux en emploi six mois après une formation

Six mois après la fin d'une formation, un demandeur d'emploi occupait en 2012 moins d'une fois sur deux un poste, selon une enquête annuelle publiée jeudi par Pôle emploi.

Dans les six mois suivant leur sortie de formation, près de 70% des chômeurs ont travaillé, mais au bout de six mois tous n'ont pas conservé leur emploi: 45,5% seulement étaient dans ce cas.

Le taux de retour à l'emploi des "sortants de formation" en mars 2012, qu'il s'agisse ou non d'une formation financée par Pôle emploi, a chuté de 4,6 points par rapport à l'étude menée il y a un an.

"Les reclassements s'avèrent plus difficiles" qu'en 2011, et "quand ils y parviennent les emplois trouvés sont moins souvent durables", note l'étude.

Lire la suite : Moins d'un chômeur sur deux en emploi six mois après une formation

Auto-entreprise: pas de pitié pour les Poussins

La ministre Sylvia Pinel maintient sa réforme du régime de l'auto-entreprise

Malgré le désaccord avec Jean-Marc Ayrault, la ministre de l'Artisanat, Sylvia Pinel, a maintenu son projet de réforme du régime de l'auto-entrepreneur, présenté mercredi 12 juin en Conseil des ministres. Le projet prévoit de limiter dans le temps la durée du statut-d'auto-entrepreneur, un statut fiscal avantageux.

A l'issue du Conseil des ministres, la ministre a notamment annoncé que les auto-entrepreneurs qui bénéficieraient deux années de suite de plus de 19.000 euros de chiffre d'affaire pour les professions de services (artisanat et professions libérales) et de 47.500 euros pour celles du commerce, "basculeraient dans le régime classique de création d'entreprise", type SARL ou EURL. Les secteurs du bâtiment et de l'artisanat, dont les représentants réclamaient une limitation à un an et une baisse du seuil à 10.000 euros, n'ont donc pas obtenu gain de cause.

Lire la suite : Auto-entreprise: pas de pitié pour les Poussins

RSA, prime pour l’emploi : les pistes choc de réforme du gouvernement

L’exécutif réfléchit à une nouvelle prestation qui remplacerait le RSA activité et la prime pour l’emploi. Mais il redoute l’accueil d’une telle réforme, qui ferait des perdants.

Déjà délicate en soi, la refonte des aides aux travailleurs pauvres s’annonce encore plus compliquée que prévu en raison de son impact budgétaire et du risque d’impopularité d’une réforme qui ferait forcément des perdants. L’objectif du gouvernement, annoncé en décembre lors de la conférence de lutte contre la pauvreté, est d’améliorer l’efficacité des deux dispositifs qui existent actuellement. La prime pour l’emploi (PPE), un crédit d’impôt versé annuellement aux personnes qui touchent de faibles revenus de leur activité, « s’avère peu redistributive et contribue faiblement à l’accès à un emploi », a estimé le Premier ministre. Elle présente aussi l’inconvénient majeur d’être versée avec un an de décalage par rapport aux ressources déclarées. Quant au RSA activité, mis en place en 2009, il ne décolle pas. A peine 500.000 foyers en bénéficient, alors qu’on en escomptait au moins 1,5 million lors de son lancement. La complexité de la procédure d’attribution explique en grande partie cet échec.

Lire la suite : RSA, prime pour l’emploi : les pistes choc de réforme du gouvernement