Les intentions d’embauche à un niveau élevé en 2013

La dernière enquête effectuée par Pôle emploi concernant les intentions de recrutement des entreprises a de quoi mettre du baume au cœur des demandeurs d’emploi. En effet, malgré la conjoncture difficile, les intentions d’embauche pour 2013 ne sont pas en chute. Ce sont les emplois les moins qualifiés qui sont les plus recherchés. Et pour la plupart dans les petites entreprises.

Avec 1 613 100 projets de recrutement en 2013, les prévisions d’embauche étudiées région par région et par secteur d'activité sont en hausse de 0,3 % après une croissance de 4,3 % en 2012. Un peu moins de la moitié des postes proposés sont des emplois durables (49,4 % des recrutements sont envisagés en CDI, CDD de six mois ou plus et missions d’intérim de six mois ou plus).

Lire la suite : Les intentions d’embauche à un niveau élevé en 2013

Embauches : un léger mieux en 2013, selon Pôle emploi

Dans son enquête « Besoins en main-d'oeuvre » pour 2013, Pôle emploi recense 1.613.100 projets de recrutements, créations de postes ou remplacements, en progression de 0,3 % par rapport à 2012.

Les intentions d'embauches mesurées par Pôle emploi sont en faible progression, indique mardi l'enquête annuelle du service public de l'emploi pour 2013. Son enquête « Besoins en main-d'oeuvre » fait état de 1.613.100 projets de recrutements, créations de postes ou remplacements, récoltés auprès de 395.000 employeurs du privé et d'une partie du public, interrogés fin 2012. C'est 0,3% de plus que le 1,6 million recensé lors de l'enquête 2012 (après +4,3% dans celle de 2011) ; un chiffre qui avait même été révisé fortement à la hausse (à 2 millions) . C'est une « bonne nouvelle alors qu'on aurait pu s'attendre à une baisse des intentions d'embauche », a souligné auprès de l'AFP Bernard Ernst, directeur des enquêtes et statistiques à Pôle emploi.

Lire la suite : Embauches : un léger mieux en 2013, selon Pôle emploi

Une mission pour optimiser le potentiel emploi de la filière touristique française

Le gouvernement vient de lancer une mission pour optimiser le potentiel emploi de la filière touristique française. Confiée au président du conseil d'administration de Pôle Emploi François Nogué, cette mission visera notamment à "éclairer les conditions du développement de l’emploi dans le tourisme et à proposer les orientations d’une nouvelle politique de filière de développement de l’emploi et des compétences pour ce secteur".

Parmi les points à préciser : les moyens d’améliorer l’attractivité des métiers du secteur, d’identifier et de réduire les difficultés de recrutement, les orientations souhaitables en matière de formation professionnelle initiale et continue, les adaptations possibles du cadre règlementaire, social et fiscal propres à "encourager le développement et l’attractivité de l’emploi dans le tourisme", ainsi que les priorités nationales à retenir en matière d’enrichissement de l’offre.

Lire la suite : Une mission pour optimiser le potentiel emploi de la filière touristique française

Pourquoi la politique de l’emploi en France ne marche pas ? #2

Cette tribune complète une première partie publiée jeudi 4 avril.

... la politique de l'emploi en France ne marche pas, mais de quelle autre façon est-il possible de poser le problème me direz-vous ?

La première consisterait à changer les règles du jeu. Celles-ci étant internationales et ne dépendant pas de nos Etats (ni même de l'Europe) cela reviendrait à dire : Maintenant que les règles du jeu sur lesquelles nous avons fondées notre prospérité depuis des décennies ne nous sont plus favorables, nous proposons d'en changer.

Inutile de dire que la Chine, l'Inde, le Brésil et les autres risqueraient de ne pas être d'accord. Nous devrions alors fermer nos frontières, taxer les produits importés et recourir au protectionnisme et à la préférence nationale. Cela ferait certes plaisir à Madame Le Pen et à quelques autres mais serait vraisemblablement dangereux et inefficace à long terme.

Lire la suite : Pourquoi la politique de l’emploi en France ne marche pas ? #2

Pourquoi la politique de l’emploi en France ne marche pas ? #1

C'est un fait, les mesures destinées à lutter contre la croissance du chômage en France ne donnent pas de résultats. Et ce ne sont pas les contrats de génération, ni les exonérations de charges, pas plus que l'embauche de nouveaux agents à Pôle Emploi qui vont y remédier. Les politiques actuelles de l'emploi semblent se borner à recycler de vieilles recettes éculées qui ont depuis longtemps fait la preuve de leur inefficacité.

Et quand quelque chose ne marche pas, il ne sert généralement à rien de faire plus de la même chose. Mieux vaut se poser la question de la logique qui sous tend ces politiques car la plupart des problèmes que l'on n'arrive pas à résoudre sont avant tout des problèmes mal posés. Pour commencer, voyons comment est posé le problème de l'emploi et en quoi cette façon de l'envisager ne génère que des solutions inefficaces. Les représentations des gouvernements de gauche comme de droite sont les suivantes :

Lire la suite : Pourquoi la politique de l’emploi en France ne marche pas ? #1

Quelle politique pour l’emploi ?

En janvier 2013, la France compte 3 169 300 demandeurs d’emploi sans activité professionnelle, une augmentation de 10,7 % en un an. En tenant compte des salariés exerçant une activité réduite à la recherche d’une meilleure situation, le nombre d’inscrits auprès de Pôle emploi s’élève à 4 680 2001 , soit une progression de 9,8 % sur les douze derniers mois. Cette dégradation du marché du travail interroge la capacité du gouvernement à « inverser la courbe du chômage » dans un contexte de ralentissement économique. La Commission européenne prévoit une croissance de 0,1 % en 2013 et de 1,2 % en 2014, loin du seuil des 2 % nécessaires à la création d’emplois.

Lire la suite : Quelle politique pour l’emploi ?