Assurance-chômage : une promesse phare de Macron vidée définitivement de sa substance

Les engagements présidentiels sur l’assurance-chômage « pour tous » sortent largement revus à la baisse dans la loi adoptée par les députés le 1er août.

Au creux de l’été, dernier jour de la session extraordinaire, l’Assemblée nationale a définitivement vidé de sa substance l’une des promesses électorales d’Emmanuel Macron. Candidat, il s’était engagé, tout au long de sa campagne présidentielle, à faire de l’assurance-chômage un droit « universel ».

L’ensemble de mesures, adoptées par l’Assemblée nationale le 1er août, apparaît en contradiction avec cette promesse. L’ambition de créer une « protection chômage pour tous les actifs » et d’ouvrir les droits « aux salariés qui démissionnent » y est en effet largement revue à la baisse. Décryptage.

Lire la suite : Assurance-chômage : une promesse phare de Macron vidée définitivement de sa substance

Le big et le bang du chômage

Big bang des systèmes de formation professionnelle et de l’apprentissage. Réformes structurelles. Changement de paradigme voire modèle disruptif ! Le gouvernement, et plus particulièrement le ministère du Travail, ne craint pas les grands mots à défaut de grands remèdes. Sa réforme, la toute dernière, celle votée hier à l’Assemblée nationale, est censée révolutionner le monde de la formation professionnelle, de l’assurance chômage et de l’apprentissage. Donc lutter contre le chômage et faciliter l’accès au monde du travail à 5,6 millions de personnes inscrites à Pôle emploi. Ça fait du monde tout de même, 5,6 millions de personnes ! Voilà qui nous rappelle que la France est enfermée depuis plus de trente ans dans le chômage de masse et presque autant de vœux pieux de nos différents présidents. Des ordonnances, des réformes, des lois, des invectives de la droite à la gauche et vice-versa mais au final : RIEN. Ou plutôt si : 5,6 millions de personnes inscrites à Pôle emploi en cette mi-2018.

Lire la suite : Le big et le bang du chômage

Chômage, formation: la nouvelle loi chamboule tout

Le gouvernement a réussi à boucler en un temps record une vaste réforme, qui va bouleverser le quotidien des salariés, des travailleurs indépendants, des demandeurs d'emploi et des apprentis. L'exécutif assure que son texte, définitivement adopté mercredi 1er août, apporte de nouveaux droits et des protections inédites. C'est vrai seulement pour un petit nombre de Français.

Le pari est tenu. Mercredi 1er août, dernier jour de la session parlementaire, les députés ont définitivement voté (par 137 voix pour, 30 contre) la loi qui réforme en profondeur l’assurance-chômage, la formation professionnelle et l’apprentissage. En lançant le chantier en décembre, le gouvernement avait annoncé vouloir le boucler cet été. C’est chose faite, et tous les décrets d’application devraient être publiés d’ici à Noël.

La nouvelle loi va permettre « d’établir une société de l’émancipation par le travail et la formation qui donnera à chacun, jeunes, salariés et demandeurs d’emploi, la capacité de se projeter sereinement dans l’avenir », s'est félicitée la ministre du travail Muriel Pénicaud.

Lire la suite : Chômage, formation: la nouvelle loi chamboule tout

Chômage, le gouvernement veut changer les règles

Le projet de loi « avenir professionnel » devrait être définitivement adopté mercredi. Sénateurs et députés de l’opposition dénoncent un débat tronqué, en fin de parcours, sur l’assurance-chômage.

Il n’y a pas que l’affaire Benalla pour souder, au cœur de l’été, les élus d’opposition de tous bords. À l’Assemblée nationale, les quatre mousquetaires qui ont planché sur le projet de loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » – Boris Vallaud (PS), Pierre Dharréville (PC), Adrien Quatennens (La France insoumise) et Gérard Cherpion (LR) – ont tous dénoncé la mauvaise manière qui a été faite aux députés à la fin du parcours législatif du texte portant sur la formation professionnelle, l’apprentissage et l’assurance-chômage.

Outrée, la commission des affaires sociales du Sénat a refusé quant à elle de plancher à nouveau sur le texte. Celui-ci revient en séance publique aujourd’hui au palais du Luxembourg, avant une adoption définitive prévue mercredi après un bref retour devant l’Assemblée.

Lire la suite : Chômage, le gouvernement veut changer les règles

Pôle Emploi : comment actualiser sa situation pour conserver son allocation ?

Renouveler votre inscription à la liste des demandeurs d'emploi tous les mois est indispensable si vous souhaitez continuer à toucher les allocations chômage.

Si vous êtes sans emploi depuis peu, vous n'avez peut-être pas encore percé tous les mystères de l'allocation chômage. Comment s'inscrire à Pôle Emploi ? Quelles sont les conditions pour toucher ses droits ? Quand peut-on les percevoir ? Au milieu de cette jungle de questions, il n'est pas toujours facile de savoir par où commencer.

Si vous débutez une période de chômage, la première démarche que vous devez effectuer est l'inscription sur la liste des demandeurs d'emploi de Pôle Emploi. Pour avoir droit à une allocation chômage, vous devrez remplir un certain nombre de critères : avoir cotisé suffisamment avant votre période de chômage, être en âge de travailler, être physiquement apte au travail et avoir perdu son emploi de manière involontaire (par exemple, ne pas être démissionnaire).

Lire la suite : Pôle Emploi : comment actualiser sa situation pour conserver son allocation ?

Chômage : le bonus-malus sur les entreprises sera bien mis en place

Le dispositif promis par Emmanuel Macron devra impérativement figurer dans la nouvelle convention négociée par les partenaires sociaux à l'automne.

Les entreprises françaises n'échapperont pas au bonus-malus sur les cotisations d'assurance chômage promis pendant sa campagne par Emmanuel Macron pour réduire la précarité des contrats de travail. C'est ce que fait savoir l'entourage de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, avant l'entame, fin septembre, d'une renégociation des règles d'indemnisation entre organisations patronales et syndicales, bornée par une lettre de cadrage du gouvernement. Ce document, qui va spécifier les thèmes sur lesquels les partenaires sociaux devront impérativement s'entendre, commencera à être préparé fin août, après les vacances. Et il mentionnera noir sur blanc que le bonus-malus fera partie des conditions pour que l'État donne son agrément à la nouvelle convention. En cas d'échec des négociations, ce dernier reprendra la main.

Lire la suite : Chômage : le bonus-malus sur les entreprises sera bien mis en place