Avec cette photographie avant/après du chômage, on comprend mieux pourquoi François Hollande a renoncé

Depuis mai 2012, le nombre d'inscrits à Pôle Emploi a grossi de 25%.

Ce n'est donc pas François Hollande qui a cassé la courbe du chômage, mais bien elle qui a cassé sa présidence. Ce jeudi 1er décembre, le président de la République a annoncé depuis l'Elysée, à l'occasion d'une conférence de presse surprise, qu'il renonçait à briguer un second mandat présidentiel.

Une décision historique puisque jamais un président sortant n'a renoncé à se représenter. Mais une demi surprise si l'on s'en tient aux engagements de François Hollande sur le front de l'emploi.

Lui, président, il a promis de lier son mandat au seul indicateur de l'emploi. Péchant par optimisme tout au long de son mandat, François Hollande a fait de l'inversion de la courbe du chômage le fil rouge de son succès, ou de son échec.

Lire la suite : Avec cette photographie avant/après du chômage, on comprend mieux pourquoi François Hollande a...

En France, le chômage ne baisse pas, il explose

LE CERCLE/POINT DE VUE - Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A baisse de manière récurrente, en France, selon les chiffres mensuels de Pôle emploi. Il faut attribuer cette décrue à l’orientation des chômeurs vers des stages de formation. Le sous-emploi et le chômage de longue durée, quant à eux, augmentent fortement.

La complexité des situations de non emploi, la diversité des catégories de chômeurs, les interactions entre des dispositions publiques à l'oeuvre, font de la mesure du chômage un art difficile se mesurant de diverses façons, selon les conjonctures ou les intentions des uns et des autres.

L'avantage est la marge de commentaires que confère la diversité des sources disponibles de préférer l'indicateur à charge ou à décharge. L'inconvénient provient de cette même prodigalité de sources aux résultats divergents, quand ils ne sont pas simplement contradictoires. Comme l'aurait dit un fabuliste, selon que vous êtes aux affaires on dans l'opposition, le jugement sur l'évolution du chômage sera blanc ou noir.

Lire la suite : En France, le chômage ne baisse pas, il explose

La courbe du chômage n'est pas encore inversée

Le chômage a continué sa décrue en octobre, avec une baisse de 11.700 demandeurs d'emploi sans activité.

Le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi a baissé en octobre pour le deuxième mois consécutif, de 11.700. ce qui a conduit François Hollande à dire que la "bataille" pour l'emploi "porte ses fruits". C'est justifié, et cela pour trois raisons. D'abord, ce nouveau reflux fait que le nombre total de chômeurs en France a reculé de 100.000 depuis janvier. Ensuite, c'est le chômage des jeunes - c'est le point noir de la société (24% des moins de 25 ans sont exclu du monde du travail) - régresse de façon significative (-8%). Enfin le chiffre d’octobre n’est pas artificiel : durant cette période, les entrées en formation ont été compensées par autant de sorties, et le secteur privé a créé des emplois.

C'est une bonne séquence. Car si on examine les six derniers trimestres, il y a eu 200.000 créations d’emplois. Ce qui en termes nets, si on prend en compte les destructions de postes, a permis de sortir 101.300 personnes de la fameuse catégorie A, celle qui rassemble les personnes qui n’ont pas du tout travaillé durant la période.

Lire la suite : La courbe du chômage n'est pas encore inversée

Pôle emploi. Nouvelle baisse du chômage en octobre en France

Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a diminué pour le 2e mois consécutif, en octobre, en France. Avec 11.700 chômeurs de moins qu'en septembre, la baisse est moins spectaculaire que le mois dernier (- 66.300). Mais renforce la bonne tendance depuis le début de l'année, selon le ministère du Travail.

Au mois d’octobre, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi sans aucune activité (cat A), a diminué de 11.700 par rapport au mois de septembre. Soit une baisse de 0,3 % pour atteindre le chiffre de 3,48 millions en métropole.

100.000 demandeurs d'emploi en moins depuis le début de l'année

Selon le ministère du Travail, cette deuxième baisse mensuelle consécutive porte à plus de 100.000 la diminution du nombre de demandeurs d’emploi sans activité depuis le début de l’année, soit en moyenne 10.200 demandeurs d’emploi en moins chaque mois.

Lire la suite : Pôle emploi. Nouvelle baisse du chômage en octobre en France

Chômage: dernier verdict de Pôle emploi avant l'annonce de François Hollande

Paris, 24 nov 2016 - François Hollande jugera-t-il que la courbe s'est inversée' Pôle emploi dévoile jeudi le nombre d'inscrits sur ses listes en octobre, ultime statistique du chômage avant la décision du chef de l'Etat de briguer ou non un second mandat.

A la veille de la publication de ces chiffres, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, proche de François Hollande, a dit "ne pas douter" que ce dernier se lancerait dans la course à la présidentielle, en ajoutant que "c'est lui qui décidera et la date et la décision". Il n'a pas confirmé la date du 10 décembre avancée par un autre proche du président, le chef de file des sénateurs socialistes Didier Guillaume.

Le président de la République a, sur le papier, jusqu'au 15 décembre, date limite de dépôt des candidatures pour la primaire organisée par le PS, pour annoncer sa décision qu'il a conditionnée à une baisse "crédible" du chômage.

Lire la suite : Chômage: dernier verdict de Pôle emploi avant l'annonce de François Hollande

Zoom sur ces armes anti-chômage "non conventionnelles"

ÉDITO - On peut faire autrement pour lutter contre le chômage. Deux initiatives actuelles nous le prouvent.

À la veille de la publication des offres de Pôle Emploi du mois d'octobre, intéressons-nous aux armes anti-chômage "non conventionnelles". L'approche traditionnelle, on la connaît. C'est, par exemple, la politique de baisse des charges comme le pacte de responsabilité, qui permet de réduire le coût du travail, et donc de faciliter la création d'emplois. C'est encore la mise en place d'emplois aidés, c'est-à-dire des emplois lourdement subventionnés : il y en a quelque 450.000 en ce moment dans le pays, à la fois dans le secteur public, les associations et les entreprises.

Mais on peut aussi faire autrement pour lutter contre le chômage. Deux initiatives actuelles le prouvent. La première, ce sont les "territoires zéro chômage longue durée". Vous savez que les chômeurs de longue durée sont ceux qui n'ont pas d'emploi depuis plus d'un an. Dix villes viennent d'être retenues pour expérimenter ce nouveau dispositif, piloté par ATD Quart Monde et plusieurs fondations. Il s'agit non pas de former les sans-emploi - car la formation n'est pas très utile dans ces cas-là -, mais de leur créer des emplois qui correspondent à un besoin, qui ont une véritable utilité, mais que l'économie marchande a délaissés.

Lire la suite : Zoom sur ces armes anti-chômage "non conventionnelles"