Chômage : ces éléments qui expliquent vraiment son retour à la hausse (et bizarrement, c’est parce que ça va mieux)

Selon les chiffres publiés par la DARES, ce 28 mai, concernant le mois d’avril 2018, le nombre de chômeurs en catégorie A s’est accru de 12 400 personnes. A l’inverse, le nombre de chômeurs toutes catégories confondues a pour sa part diminuer de 7 800 personnes.
Faut-il interpréter ces résultats comme une hausse du chômage conséquence d’une plus grande activité du marché de l’emploi, qui a tendance à faire entrer dans les statistiques des personnes qui s’en étaient exclus ?

Michel Ruimy : Juste avant de répondre à la question je tiens à rappeler qu’en France, il existe 2 sources statistiques principales pour le chômage. La première est celle du ministère du Travail (DARES) qui se fonde directement sur les fichiers de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi. Elle dépend donc de critères administratifs. La seconde est celle de l’INSEE dont les données sont obtenues grâce à un sondage réalisé tous les 3 mois auprès d’un échantillon d’environ 110 000 personnes. Cette seconde méthode a l’avantage de permettre les comparaisons internationales car elle s’appuie sur une définition du chômage reconnue partout, celle du Bureau international du travail.

Lire la suite : Chômage : ces éléments qui expliquent vraiment son retour à la hausse (et bizarrement, c’est...

Le taux de chômage remonte au 1er trimestre

Le taux de chômage calculé selon les normes du Bureau international du travail (BIT), a rebondi de 0,3 point au premier trimestre en France métropolitaine, une hausse qui touche principalement les femmes, pour s'établir à 8,9% de la population active, selon les données publiées mercredi par l'Insee.

En incluant les départements d'Outre-mer (hors Mayotte), il s'inscrit à 9,2%, en hausse de 0,2 point par rapport à sa marque de fin décembre, qui elle a été révisée en hausse de 0,1 point à 9,0%.

Une correction était attendue après la forte baisse - -0,8 point en métropole et -0,7 au niveau national - du taux de chômage au dernier trimestre 2017, qui l'avait ramené à un plus bas depuis l'hiver 2009.

Mais l'Insee l'anticipait de moindre ampleur, tablant, dans ses dernières prévisions publiées en mars, sur un taux de chômage national revenant à 9,0% au premier trimestre puis rebaissant à 8,9% à la mi-2018.

Lire la suite : Le taux de chômage remonte au 1er trimestre

La France, pays du chômage...

La France, pays du chômage... et pourtant 6 entreprises sur 10 rapportent des difficultés de recrutement : voilà ce qui bloque vraiment

Le baromètre trimestriel Coe Rexecode et BPI France publié ce 15 mai a pu mettre en évidence le fait que 52% des dirigeants de PME estiment que les difficultés de recrutement brident le développement de leur entreprise.

Atlantico : Quelles sont les causes de ces difficultés ? Des problèmes de compétences à la rémunération, en passant par la localisation et les problèmes de logements induits, quelles sont les causes de cette situation ?

Jean-Paul Betbeze : Voilà des mois que l’on voit venir le problème français : le mismatching, autrement dit la non correspondance entre les offres d’emploi des entreprises et les capacités requises, l’inadéquation en français. Voilà des années que l’on alerte sur les lacunes de l’apprentissage, sur l’impréparation technique aux métiers industriels et serviciels, aux langues ou aux codes. On se lamentait alors, plutôt, sur la désindustrialisation, en se comparant à l’Allemagne et en se disant que le processus était inévitable.

Lire la suite : La France, pays du chômage...

Facebook à l’assaut du marché de l’emploi

Le réseau social lance son service de recherche d’emploi en France.

Facebook a lancé mardi soir en France sa nouvelle fonctionnalité « Jobs », un onglet spécifique pour l’emploi où seront disponibles l’ensemble des offres de travail présentes sur le réseau social. L’objectif est de faciliter la mise en relation des demandeurs d’emploi et des entreprises locales.

« En trois clics, vous pouvez chercher du travail en vous géolocalisant, explique un porte-parole. Cette offre est surtout destinée aux petites entreprises qui publiaient déjà leurs offres et sera notamment intéressante pour les personnes qui cherchent des stages ou des jobs d’été », précise-t-il.

Lire la suite : Facebook à l’assaut du marché de l’emploi

Le Bon Coin arrive sur le marché de la recherche d'emplois

Des sites web comme Facebook ou Le Bon Coin développent leur service d'offres d'emplois en ligne. Ce sont surtout les cadres, jugés plus gérables, qui les intéressent.

C'était déjà le roi de la petite annonce. Le Bon Coin s'attaque maintenant à l'emploi des cadres. Le site a lancé mercredi 16 mai son application sur le web et sur smartphones. La nouveauté par rapport aux autres sites de recherche d'emplois, c'est qu'il permet d'importer le profil LinkedIn de chaque candidat. Il va proposer immédiatement les annonces qui correspondent. Il répond également aux besoins spécifiques des cadres, une population qui ne veut pas passer des heures à chercher un emploi sur le net.

Lire la suite : Le Bon Coin arrive sur le marché de la recherche d'emplois

Territoires zéro chômeur : un bilan positif, mais un modèle fragile

Cette expérimentation lancée en 2017 dans une dizaine de territoires a permis, dans certains endroits, de résorber tous les chômeurs longue durée.

C'est une solution inédite pour lutter contre le chômage : les territoires zéro chômeur. L'objectif est d'identifier les chômeurs de longue durée, qui sont ensuite embauchés par des entreprises locales, spécialement crées pour l'occasion. Le dispositif est testé depuis 2017 dans dix territoires, et l'association qui gère l'expérimentation milite désormais pour son extension.

Un retour inespéré à l’emploi. En tout, ce sont 500 personnes qui ont été embauchées depuis la mise en place, il y a un an, de ce dispositif, pour des postes en CDI payés au smic. Ils s'agit d'une vraie bouffée d'oxygène pour ces employés, qui ont connu en moyenne trois ans de chômage. "J'avais un âge où je ne trouvais pas de travail parce que j'étais trop vieux. J'ai galéré jusqu'à ce que j'entende parler de ce dispositif. Je suis allé voir mon conseiller Pôle Emploi, et je me suis inscrit", explique Toufik, 60 ans, en charge de l'atelier de menuiserie de l'entreprise 13 Avenir à Paris, qui développe des services de quartier. Il n'avait pas travaillé depuis huit ans. "C'est la première fois de ma vie que je suis aussi heureux au travail. Pour moi, c'est positif à tous les points de vue", s'enthousiasme-t-il auprès d'Europe 1.

Lire la suite : Territoires zéro chômeur : un bilan positif, mais un modèle fragile