Les aides à la mobilité sont déterminantes pour les chômeurs, mais à quel prix ?

D'après une étude de Pôle Emploi, parmi les bénéficiaires d'une aide dans le cadre d'une reprise d'emploi, 21% déclarent que, s'ils n'avaient pas obtenu cette aide, ils auraient "hésité à accepter la mobilité" tandis que 14% auraient "refusé la mobilité".

Cela peut sembler tomber sous le sens : les aides à la mobilité sont déterminantes dans le choix des chômeurs d'accepter ou non une formation, un entretien d'embauche ou une offre d'emploi loin de chez eux, selon une étude de Pôle emploi publiée lundi mais réalisée en novembre 2015 auprès de demandeurs d'emploi ayant obtenu une aide aux mois d'avril et mai de cette année-là.

Ces aides, qui peuvent être attribuées pour couvrir les frais de transports, de restauration voire d'hébergement - dans la limite de 5.000 euros par an - sont déterminantes pour certains bénéficiaires, qui auraient refusé la mobilité en l'absence de soutien financier. Elles sont mobilisables pour faciliter la recherche d'emploi (46% des aides) ou l'entrée en formation (33%) et pour permettre une reprise d'emploi (19%). Elles permettent aussi de financer la garde d'enfant pour les parents isolés (2%).

Lire la suite : Les aides à la mobilité sont déterminantes pour les chômeurs, mais à quel prix ?

Ce qui fait débat : faut-il être plus sévère avec les chômeurs ?

L’emploi et l’indemnisation des chômeurs sont au cœur de la campagne présidentielle. France 2 décrypte les mesures des candidats.


Ce qui fait débat : faut-il être plus sévère avec les chômeurs ?

Lire la suite : Ce qui fait débat : faut-il être plus sévère avec les chômeurs ?

Macron et l'étrange réforme du chômage

En remplaçant le système assurantiel par une protection universelle, E Macron semble aborder le sujet du chômage avec bienveillance. Peu analysée, cette réforme pose pourtant de sérieuses questions quant à sa mise en œuvre.

Emmanuel Macron propose une nouvelle approche du chômage, et fait de celle-ci un axe fort de son projet. Force est de constater qu'il est le seul à s'attaquer au sujet. François Fillon compte sur la baisse des charges, de la fiscalité et le renoncement aux 35 h et leurs effets magiques. Benoît Hamon semble avoir renoncé à l'idée qu'il puisse y avoir du travail pour tout le monde. S'il propose classiquement un grand plan d'investissement supposé crée des emplois, son projet est surtout marqué par sa vision d'un revenu universel d'existence et d'une taxe sur les robots.

Les autres ayant renoncé à une organisation du marché du travail, examinons avec attention ce que propose Emmanuel Macron.

Lire la suite : Macron et l'étrange réforme du chômage

Chômage: baisse en demi-teinte en février

Paris, 24 mars 2017 - Après l'embellie de 2016, le ciel s'assombrit sur le marché de l'emploi: malgré une légère baisse du chômage en février, le paysage est obscurci par une nouvelle hausse des demandeurs d'emploi en contrats précaires.

Pôle emploi recensait fin février 3,46 millions de chômeurs en métropole, soit 3.500 de moins (-0,1%) qu'en janvier.

Si ce résultat interrompt une série de deux hausses consécutives, il ne rassure pas sur l'état du marché du travail. La baisse du chômage s'accompagne en effet d'une forte hausse du nombre de demandeurs d'emploi exerçant une petite activité. Leur nombre a augmenté de 1,6% en février et même de 8,9% sur un an.

Résultat: le nombre de demandeurs d'emploi, avec ou sans activité, a atteint un nouveau record fin février, s'établissant à 5,52 millions de personnes.

Lire la suite : Chômage: baisse en demi-teinte en février

«La démographie française rend plus difficile la lutte contre le chômage»

Directeur de la recherche économique chez Natixis Asset Management, Philippe Waechter analyse l'embellie conjoncturelle concrétisée en France par l'accélération des créations d'emplois en 2016. Interview.

Directeur de la recherche économique chez Natixis Asset Management, le conjoncturiste Philippe Waechter revient sur les derniers chiffres de l’économie française. Il juge que François Hollande n’a pas un si mauvais bilan dont il n’a pas su faire la pédagogie. Entretien.

Comment jugez-vous ces résultats?

Il est évident qu’il y a une amélioration réelle de l’économie française, plus solide sur ses fondamentaux. L’investissement est reparti en France, le moral des chefs d’entreprises qui s’attendent à une hausse de l’activité est à nouveau au beau fixe et les chiffres communiqués par l’Insee sur les créations d’emplois montrent qu’une nouvelle dynamique s’est bel et bien enclenchée. L’emploi s’ajuste à cette conjoncture, ce qui prouve au passage la réactivité d’un marché du travail suffisamment flexible pour créer des emplois alors même que la croissance reste limitée.

Lire la suite : «La démographie française rend plus difficile la lutte contre le chômage»

Chômage: Le nombre de demandeurs d’emploi devrait repartir à la hausse en 2017, selon l’Unédic

EMPLOI Le déficit du régime serait ramené de 4,2 milliards d'euros estimés en 2016 à 3,6 milliards d'euros en 2017...

2017 s’annonce morose sur le front de l’emploi. L’Unédic prévoit qu’après l’embellie de 2016, le nombre de chômeurs repartira à la hausse en 2017, avec 47.000 chômeurs de plus, selon les prévisions financières de l’organisme gestionnaire de l’assurance chômage publiées ce mardi.

Selon ce scénario, sous l’effet notamment du reflux de l’année dernière, le déficit du régime serait également ramené de 4,2 milliards d’euros estimés en 2016 à 3,6 milliards d’euros en 2017, portant la dette cumulée à 33,6 milliards en fin d’année.

Lire la suite : Chômage: Le nombre de demandeurs d’emploi devrait repartir à la hausse en 2017, selon l’Unédic