En France, 14% des emplois risquent de disparaître à cause de l’intelligence artificielle

L’ère de l’intelligence artificielle va avoir des conséquences sur la courbe du chômage. Une étude de l’OCDE précise que 14 % des emplois en France sont directement menacés.

L’intelligence artificielle est déjà en partie à l’œuvre avec ses capacités phénoménales, suscitant des espoirs mais surtout des inquiétudes pour l’emploi, qu’il s’agisse des tâches répétitives des caissières ou de celles plus complexes des avocats ou des médecins.

Selon une étude de l’université d’Oxford qui avait fait sensation en 2013, 47 % des emplois américains pourraient être remplacés par des robots intelligents d’ici une vingtaine d’années.

Plus mesurée, l’OCDE estime que 14 % des travailleurs « courent un risque élevé » que leurs tâches actuelles soient automatisées au cours des 15 prochaines années.

Lire la suite : En France, 14% des emplois risquent de disparaître à cause de l’intelligence artificielle

La fin du chômage accélère la recherche d’emploi... précaire

Une étude montre que les chômeurs envoient plus de candidatures avant la perte de leurs allocations et acceptent des postes de moins bonne qualité.

Alors que les premiers changements de l’assurance chômage interviendront à partir du 1er novembre 2019, deux chercheuses françaises basées aux Etats-Unis, Ioana Marinescu, professeure d’économie à l’université de Pennsylvanie, et Daphné Skandalis, économiste à la Réserve fédérale (Fed), ont publié une étude sur le comportement de 500 000 demandeurs d’emploi français. « Nous avons réussi à analyser conjointement les données de l’assurance chômage et de Pôle emploi. Cela permet d’y voir plus clair sur les rapports entre la durée des allocations et les comportements de recherche d’emploi », retrace pour Alternatives Economiques Ioana Marinescu.

Lire la suite : La fin du chômage accélère la recherche d’emploi... précaire

Chômage : qu’est-ce que le plein emploi ?

En France, le taux de chômage est de 8,5%, mais il est de3,1% en Allemagne où c’est le plein emploi. Qu’est-ce que cela signifie ? Les explications de Jean-Paul Chapel.

Lire la suite : Chômage : qu’est-ce que le plein emploi ?

Chômage : la promesse de 7% en 2022 est-elle tenable ?

Emmanuel Macron a promis un chômage à 7% en 2022. Mais cette promesse est-elle tenable ? Explications de la journaliste économique Alexandra Bensaid.

Lire la suite : Chômage : la promesse de 7% en 2022 est-elle tenable ?

Chômeurs : l’étau se resserre

Précisons-le d’emblée : le sort de ceux qui abusaient des aides de l’UNEDIC m’indiffère. En effet, quelques personnes ne se mettaient en quête d’un employeur que lorsque leurs indemnisations chômage devenaient trop faibles. D’autres jouaient avec les règles d’indemnisation qui permettaient de « recharger » ses droits, du moment que l’allocataire avait travaillé un mois dans l’année précédant sa période de chômage. Employés par des boîtes d’intérim, ils n’acceptaient une mission d’un ou deux mois que lorsqu’ils étaient contraints. Pour finir, ils travaillaient six mois par an, pour un salaire mensuel proche du SMIC. Si on ne peut guère leur reprocher d’utiliser à leur profit un système d’aide sociale, il semble normal de proscrire ce genre de combine, car, sur le fond, c’était l’ensemble des travailleurs, souvent payés au minimum, qui finançaient le « farniente » de quelques-uns.

Désormais, ceux qui sont suivi par Pôle emploi ne pourront pas refuser plus de trois emplois « acceptables » (la définition d’acceptable est complexe) tandis qu’il faudra six mois de travail, au lieu d’un, pour recharger ses droits. Fini le temps où on pouvait vivre aux crochets de l’UNEDIC en ne travaillant qu’un jour sur deux. Les cadres supérieurs, qui payent bien plus qu’ils ne reçoivent, toucheront le maximum prévu (autour de 6.200 euros) durant seulement six mois au lieu d’un an.

Lire la suite : Chômeurs : l’étau se resserre

90' Enquêtes - Travailleurs et profiteurs : enquête sur l'autre visage du chômage

Aujourd'hui, le chômage explose en France. Plus de 10% de la population est touchée. Pour la plupart des chômeurs, leur priorité est de retrouver un travail. Mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Certains n'hésitent pas à frauder Pôle Emploi pour partir vivre à l'étranger tout en profitant des allocations chômage. D'autres ont fait le calcul qu'il était plus rentable de percevoir des aides sociales que de trouver un petit boulot. Alors que certains cumulent trois emplois pour gagner un salaire correct et offrir à leurs enfants la vie qu'ils méritent, d'autres n'arrivent pas à trouver du travail, malgré l'accompagnement proposé par Pôle Emploi. A travers plusieurs cas, 90' Enquêtes a cherché à connaître la réelle efficacité du modèle social français.



Lire la suite : 90' Enquêtes - Travailleurs et profiteurs : enquête sur l'autre visage du chômage