Calcul des allocations chômage : la France revient à plus de réalisme

La note du Macronomètre de cette semaine : 8/10 sur le nouveau mode de calcul des allocations chômage.

C’est au cœur de l’été et par décret que le gouvernement a fait passer sa réforme de l’assurance chômage. En janvier dernier, le gouvernement avait déjà durci les sanctions en cas de manquement des demandeurs d’emploi. Dans la même logique, c’est aujourd’hui un durcissement des conditions d’ouverture, de versement et de calcul des droits qui a été adopté.

Plus de temps pour charger ou recharger ses droits au chômage, comme ailleurs en Europe - 6 mois au lieu de 4 pour ouvrir les droits.

Ainsi, dès le 1er novembre 2019, Il faudra avoir travaillé 6 mois sur les 24 derniers mois et non plus 4 mois sur les 28 derniers mois comme aujourd’hui, pour ouvrir les droits au chômage. Une exception demeure cependant pour les travailleurs de plus de 53 ans, pour lesquels la période de référence reste de 36 mois.

Lire la suite : Calcul des allocations chômage : la France revient à plus de réalisme

Le chômage baisse-t-il vraiment ?

Y a-t-il vraiment moins de chômeurs ? C'est la question au cœur des Idées Claires, notre programme hebdomadaire produit par France Culture et franceinfo destiné à lutter contre les désordres de l'information, des fake news aux idées reçues.

Lire la suite : Le chômage baisse-t-il vraiment ?

De moins en moins de demandeurs d'emploi indemnisés par l'assurance-chômage

Les allocataires de l'assurance-chômage perçoivent en moyenne une indemnité de 905 euros par mois selon de récents chiffres du ministère du Travail.

Voici des chiffres qui pourraient mettre fin à certaines idées reçues souvent exprimées dans les débats relatifs aux chômeurs. Selon la dernière étude du service de statistiques du ministère du Travail (Dares) publiée vendredi 6 septembre, sur les 6,7 millions de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi en septembre 2016, seulement 37% toutes catégories confondues (A,B,C,D,E) étaient indemnisés par l'assurance-chômage alors que deux tiers peuvent percevoir des indemnités.

Ce qui représente environ 2,4 millions de personnes sur le total. Des chiffres plus récents communiqués par l'Unedic font également le même constat. Sur les 6,3 millions d'inscrits, seulement 2,6 millions étaient allocataires d'une indemnité en 2018. Parfois accusés de mettre l'équilibre financier de l'Unédic dans le rouge, les chômeurs indemnisés ne représentent qu'une minorité des inscrits.

Lire la suite : De moins en moins de demandeurs d'emploi indemnisés par l'assurance-chômage

Chômage : l’opération de propagande du gouvernement

La récente baisse du chômage est une fausse bonne nouvelle car elle ne s’explique pas par une amélioration de l’emploi. Au contraire, l'emploi en France s’est dégradé au deuxième trimestre.

Le Média, ajoutée le 22 août 2019

Lire la suite : Chômage : l’opération de propagande du gouvernement

Tout le monde semble se moquer du chômage, et pourtant...

Le chômage a atteint au deuxième trimestre son plus bas niveau depuis 2009. Or personne n’en parle. C’est comme si le sujet était aujourd’hui relégué au second plan. Malgré cette embellie, le problème est pourtant loin d’être réglé.

Cela semblait une sacrée bonne nouvelle : en deux ans, la France compte 300 000 demandeurs d’emploi de moins. Il n’y a pas si longtemps, une telle embellie – qui fait passer le chômage à 8,5 %, le taux le plus bas depuis 2009 – aurait été claironnée par le gouvernement urbi et orbi. Mais annoncés au creux de l’été, une veille de 15 août, ces chiffres de l’Insee, seulement salués d’un tweet ravi de la ministre du Travail, sont passés quasi inaperçus. Certes, l’annonce a donné lieu à la sempiternelle querelle d’experts sur le mode de calcul, les demandeurs d’emploi non comptabilisés, l’augmentation de la précarité et du nombre de travailleurs pauvres… N’empêche : incontestablement, la baisse du chômage, amorcée depuis la mi-2015, se poursuit. Lente certes, mais réelle.

Lire la suite : Tout le monde semble se moquer du chômage, et pourtant...

Chiffres du chômage : Emmanuel Macron, ou l’art de faire croire que les vessies sont des lanternes !

Depuis la fin des Trente Glorieuses, la situation de l’emploi dans notre pays a été le caillou dans la chaussure de tous les Présidents qui se sont succédé à l’Élysée. Le plus douloureux, sans doute, celui qui a le plus obéré leur action dans l’esprit des électeurs, en tout cas.

L’usage des statistiques relatives à l’évolution du taux du chômage a été l’indicateur et l’instrument majeur de leur communication. Celui-ci a parfois eu des conséquences déterminantes dans l’insuccès de leur politique et la dégradation de leur image. On se souvient du fiasco retentissant de François Hollande, dont le discours patient et optimiste s’est heurté à une réalité implacable autant qu’à l’incrédulité lucide du peuple de France.

Ce que l’on retient de l’avènement d’Emmanuel Macron, outre la façon dont il a su bénéficier de la force sidérante des réseaux de l’oligarchie qui l’a porté au pouvoir, c’est bien le haut niveau de sa communication.

Parti de presque rien, en tout cas rien aux yeux de l’opinion, il a conquis l’Everest de la République en moins de temps qu’il n’en faut pour se perdre dans le vertige des sommets. Deux ans pour être l’homme le plus cru du pays en sortant du presque néant.

L’affaire fut bien menée.

Lire la suite : Chiffres du chômage : Emmanuel Macron, ou l’art de faire croire que les vessies sont des lanternes !