Paris: 60 interpellations lors de protestations de chômeurs devant les Etats généraux du PS

Ils ont tenté de pénétrer de force dans l'enceinte où se tenaient les Etats généraux du PS...

Soixante personnes, qui participaient à une manifestation contre la précarité et le chômage samedi à Paris, ont été interpellées après avoir tenté de pénétrer de force dans l'enceinte où se tenaient les Etats généraux du Parti socialiste, a-t-on appris de sources policières.

Ces sources n'étaient pas en mesure de préciser dans l'immédiat si les interpellations avaient conduit à des placements en garde à vue. Les manifestants entendaient intervenir devant les cadres socialistes en lisant un texte critiquant la politique du gouvernement, affirme dans un communiqué la Coordination des intermittents et précaires (CIP) d'Ile-de-France.

Ils essayaient d'envahir la salle

«Décidé à rester muré dans ses certitudes, à n'entendre aucune contestation, le parti socialiste a reçu les 300 manifestants présents avec des crachats et à coups de poings, de pieds, de gaz lacrymogène, de matraques télescopiques et de... taser », dit la CIP. Elle a fait état de l'interpellation de «plus de 60 personnes», dont 53 ont été conduites au commissariat.

Le Parti socialiste a déclaré que des manifestants avaient «essayé d'envahir la salle. Le service d'ordre du parti a fait son boulot pour qu'ils ne rentrent pas ».

Des manifestations contre le chômage

«Ils étaient plutôt remontés et pas forcément pacifistes dans leur manière d'aborder les choses, et, après, les policiers ont pris le relais et les ont fait sortir de l'enceinte du site», a ajouté cette source.

Quelque 8.000 manifestants selon les organisateurs, 850 selon la police, avaient défilé auparavant dans le nord de Paris contre le chômage et la précarité.

Les socialistes étaient réunis samedi après-midi près de la porte de la Villette, dans le nord-est de la capitale, pour des « états généraux » et adopter une « charte des socialistes pour le progrès humain », qui constitue la nouvelle carte d'identité du parti.


 AFP





Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir