Les aides Pôle Emploi pour créer son entreprise

"Être au chômage et vouloir créer son entreprise ne sont pas deux choses incompatibles. Pôle Emploi propose même des dispositifs pour aider les porteurs de projet. En voici un aperçu."

« Une période de chômage, peut être une bonne opportunité pour créer son entreprise ». Le 18 novembre dernier, lors de Top Franchise Méditerranée, une conférence était dédiée à "la création d’entreprise quand on est demandeur d’emploi". Un débat animé par Lionel Fleury de Pôle Emploi. Le spécialiste assure que chaque année, « 250 000 personnes profitent d’une période sans emploi pour donner naissance à leur propre entreprise ». Si l’on voit le bon côté des choses, être au chômage permet d’avoir plus de temps pour se consacrer à son projet, surtout lorsque les indemnités continuent d’être versées. Pôle Emploi propose aux futurs chefs d’entreprise tout un panel de solutions, de l’encadrement du projet à sa réalisation. Mais au-delà de l’accompagnement dans le processus de création, l’institution publique offre également des aides financières aux futurs entrepreneurs. Et c’est peut-être là le point le plus intéressant.

Deux dispositifs d’aides au choix

Adepte des acronymes, Pôle Emploi propose deux dispositifs distincts : l’ARCE, comprenez "aide à la reprise et à la création d’entreprise", et le versement de l’ARE, "aide au retour à l’emploi", en complément des revenus liés à la nouvelle activité du porteur de projet. Impossible d’associer les deux, il faut choisir l’un ou l’autre.

Comment en profiter et être éligible ? Première condition : dans les deux cas « il faut être indemnisé ou indemnisable par Pôle Emploi », prévient Lionel Fleury et cela concerne « la création ou la reprise d’une entreprise ». Pour ce qui est de l’ARCE, il est nécessaire de justifier l’obtention de l’Aide au chômeur créant ou reprenant une entreprise (ACCRE). Cela se traduit par une exonération des charges allant de un à trois ans. La demande s’effectue au moment de l’immatriculation de son entreprise. Concernant la somme allouée, elle correspond à la moitié des droits Pôle Emploi restants. Le versement s’effectue en deux fois. Un premier au moment de la création et le second six mois après (à condition que l’entreprise soit toujours en activité).

Le deuxième dispositif est beaucoup plus simple, dans les termes et la réalisation. Il s’agit de cumuler l’aide du retour à l’emploi (ARE) à la rémunération procurée par sa nouvelle activité de chef d’entreprise. Un complément qui s’aligne sur l’ancien salaire de la personne. Seule contrainte : il faut s’actualiser et justifier de ses revenus (ou non) mensuellement. Cette opération est possible sur l’ensemble de la période d’indemnisation du chômeur. Reste à choisir la bonne option selon son projet et son profil.

Les Echos de la franchise.com | Fabrice Michelier



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir