Formation professionnelle : une enquête curieuse sur la perception par les Français

Acteurs publics et Ernst & Young ont demandé à l’IFOP de réaliser un sondage sur la perception par les Français de la formation professionelle, dont quelques résultats sont publiés.

Le résultat est sans surprise : comment aurait-on pu penser qu’après avoir subi des attaques virulentes de la part du candidat Sarkozy, après que le président Sarkozy eu, vainement, pensé la réformer en deux mois en fin de mandat en menaçnt d’en faire un sujet de référendum (voir “Une réforme radicale de la formation professionnelle” en 2 mois !), après avoir prétendu l’avoir déjà réformée en début de mandat (voir Formation professionnelle : la loi a encore accru la confusion. A quand la prochaine ? et Loi sur la Formation professionnelle : tout ça pour ça !), après avoir subi une attaque, sommes toutes, assez proche de la part du président Hollande (voir Formation professionnelle : François Hollande s’est mis au défi), les Français pourraient avoir un avis favorable sur un dispositif aussi largement décrié ?

Mais une approche plus fine permet de nuancer le titre péremptoire donné à cette publication “Les Français blâment la politique de formation professionnelle”, et de nous interroger sur certains contenus, même si nous devons regretter de devoir nous contenter des résultats sélectionnés par Acteurs publics sans avoir accès aux résultats complets du sondage, qui pourraient nous conduire à des analyses plus fones.

Il faut en particulier noter que l’avis demandé aux sondés concerne “l’argent public consacré à la formation professionnelle“, ce qui est une façon tout à fait biaisée d’aborder la question puisque l’argent consacré par les entreprises à la formation de leurs salariés n’est pas de l’argent public. Si nous pouvons être interrogatifs sur le degré de compréhension de la question, il n’est en rien étonnant de vouloir donner la priorité de l’usage de l’argent public aux demandeurs d’emploi et aux jeunes sans qualification. Ce serait le contraire qui serait étonnant

De même il est surprenant que dans une interrogation sur les “acteurs à qui vous faites plus confiance pour piloter la formation professionnelle” soit intégré parmi les réponses suggérées, entre les institutions organisatrices et financeuses comme les branches professionnelles, les régions, l’Etat et Pôle emploi, un organisme de formation, fut-il le plus important comme l’AFPA.

Nous retiendrons que la tendance de l’Etat à se positionner durant tout le quinquennat précédent comme l’acteur stratégique n’est en rien légimitée dans ce sondage, et que la légitimité des régions serait double ce qui doit conforter la logique à l’oeuvre dans la loi de décentralisation à venir, donner aux conseils régionaux un réel rôle de coordination

On ne peut que s(interroger sur la façon dont les questions de ce sondage ont été conçues, et rejoindre une interrogation formulée sur un tout autre sujet (voir Cumul des mandats et découpages politico-adminstratifs : l’art de poser les questions). Il apparait que l’expertise de l’IFOP se situe, pour l’essentiel, dans l’art de rédiger des questions qui induisent les réponses attendues.

Mais nul doute que quelques enseignements de cette enquête seront repris pas des journalistes pressés qui ne manquerront pas d’en faire un titre à sensation. C’est sans doute le but inavoué de ce type de démarche. Le sujet mérite mieux.

@ Michel Abhervé pour Alternatives Economiques

Michel Abhervé

Professeur associé à l'université de Paris Est Marne la Vallée, il y enseigne l'économie sociale et les politiques publiques dans une licence professionnelle « Management des organisations de l'économie sociale ». Il a mis en place la possibilité de suivre cette formation en apprentissage. Il intervient également dans le Master rénové «Management de l'insertion dans l'économie sociale et solidaire » et contribue à l'animation du site ressources pour l'économie sociale www.univ-mlv.fr/ecosoc.

Michel Abhervé a exercé des responsabilités politiques en étant pendant plus de 20 ans élu à Evry et au conseil régional d'Île-de-France. Il a en particulier suivi des dossiers concernant l'insertion, la formation professionnelle, assuré la présidence de l'Union nationale des missions locales, et vient de suivre pour les employeurs de l'économie sociale le Grenelle de l'insertion, à travers un blog

>> Le blog de Michel Abhervé (Alternatives Economiques)



A LIRE AUSSI :

>> Sondage exclusif | Les Français blâment la politique de formation professionnelle | acteurspublics.com | 02/05/2013



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir