Chômage : moins d'un inscrit sur deux à Pôle emploi perçoit une indemnisation

ÉCLAIRAGE - Conformément à ce qu'affirme Benoît Hamon, moins de 50% des demandeurs d'emploi de catégorie A, B, C, D et E sont indemnisés par Pôle emploi.

Défavorable à la dégressivité de l'indemnisation du chômage, Benoît Hamon affirme ce lundi 13 octobre sur l'antenne de RTL qu'"un inscrit sur deux à Pôle emploi n'est pas indemnisé". La preuve, selon lui, que le système français "n'est pas si généreux que cela".

Selon les données publiées par la Dares en août 2014, qui s'occupent de publier et commenter régulièrement des études concernant les statistiques du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle, seuls 46,9% des inscrits de catégorie A, B, C, D et E à Pôle emploi bénéficient d'une indemnisation.

De moins en moins de chômeurs indemnisés

Ils sont 2.695.100 (38,4%) à toucher une indemnisation au titre de l'assurance chômage* et 488.800 (8,5%) à bénéficier de la solidarité nationale**. La part des demandeurs d'emploi indemnisés est d'ailleurs en recul. En novembre 2013, 48,3% des inscrits à Pôle emploi touchaient une aide pécuniaire.

Les chômeurs de catégorie A, B, C, D et E représentaient en décembre 2013 40,1% des indemnisés, soit 2.676.100 personnes, tandis que les bénéficiaires du régime de la solidarité nationale étaient moins nombreux qu'aujourd'hui (8,2%, soit 455.900 personnes).

*Selon la définition officielle, le régime d'assurance chômage "sert aux personnes involontairement privées de leur emploi pouvant justifier d’un certain passé dans l’emploi, pour une durée limitée". Elle consiste en "une allocation dépendant de leurs revenus d’activité passés".

**Le régime de solidarité nationale indemnise "certaines populations spécifiques : les demandeurs d’emploi en fin de droit de l’assurance chômage, auxquels est versée l’allocation de solidarité spécifique (ASS), des personnes ayant commencé à travailler très jeunes qui pouvaient percevoir l'allocation équivalent retraite (AER) ou qui peuvent percevoir l’allocation transitoire de solidarité (ATS), les anciens prisonniers, les salariés expatriés et les demandeurs d’asile, qui peuvent recevoir l’allocation temporaire d’attente (ATA)".

 ROMAIN RENNER




Commentaires   

 
0 #1 BA92 13-10-2014 19:22
Le maire UDI de Bobigny Stéphane de Paoli, percevait une allocation de chômage de 1 851 € net par mois en plus de son indemnité de maire de 4 500 € net, Une "PROVOCATION" de plus des politiques stigmatisant les chômeurs !
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir