Le gouvernement n'arrive toujours pas à faire baisser le chômage

Le nombre de chômeurs sans aucune activité inscrits à Pôle emploi au mois de mars a presque stagné après une hausse record en février.

Fin mars, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A s'est établi à 3 349 300 en France métropolitaine, soit une progression quasi nulle de 1 600 personnes (+ 0 %). Le rebond du nombre d'inscrits à Pôle emploi enregistré pendant quatre mois consécutifs est donc presque enrayé. "Cette stabilisation est conforme à la tendance de fond observée depuis octobre 2013 : après de fortes hausses pendant cinq ans, le nombre de demandeurs d'emploi connaît une période de variations mensuelles erratiques, avec une évolution moyenne en net retrait par rapport aux épisodes précédents", a immédiatement réagi le ministère du Travail dans un communiqué.

Ce qu'il ne dit pas, c'est que la "stabilisation" intervient après un très mauvais mois de février (+ 31 500 après 8 900 en janvier). Selon l'évolution trimestrielle très prisée par l'ancien ministre du travail Michel Sapin pour relativiser les hausses mensuelles de la fin de l'année dernière, le nombre de chômeurs sans activité a augmenté en moyenne de 14 000 personnes sur les trois premiers mois de l'année. Un rythme supérieur à celui du quatrième (+ 5 000) et du troisième trimestre 2013 (+ 7 900)...

En un an, la hausse atteint d'ailleurs 4,1 %. Et depuis l'élection de François Hollande en mai 2012, près de 425 000 nouveaux demandeurs d'emploi sans activité supplémentaire ont poussé la porte de Pôle emploi.

Le chômage des jeunes repart à la baisse

En incluant les chômeurs exerçant une activité réduite (catégorie A, B et C), le nombre de demandeurs d'emploi en mars est en hausse de 0,2 % (+ 11 700). Au total, la France métropolitaine comptait 4 949 500 inscrits à Pôle emploi (5246 800 avec les doms) le mois dernier.

Au rayon des bonnes nouvelles figure tout de même la poursuite de la décrue chez les jeunes avec une baisse de 0,8 %, enregistrée pour les moins de 25 ans sans aucune activité. Par rapport à mars 2013, le recul atteint 2,6 %. "Le nombre de jeunes demandeurs d'emploi atteint son plus bas niveau depuis octobre 2012", se félicite le ministère du Travail. Autre donnée relativement positive : la stabilisation du nombre de chômeurs de longue durée (plus d'un an), malgré une hausse de 10,6 % en un an. Ce qui n'empêche pas le nombre de chômeurs de plus de 3 ans de continuer sa progression en mars...

Par ailleurs, la tendance est toujours aussi mauvaise pour les seniors avec une nouvelle hausse de 1 % (+ 11,8 % en un an). "Cette augmentation, ininterrompue depuis 2008, rend nécessaires des évolutions dans les comportements et doit être au coeur, avec l'emploi des jeunes, des négociations qui vont s'engager dans les branches au titre du pacte de responsabilité et de solidarité", reconnaît le ministère du Travail.

Autre mauvaise nouvelle, si les offres collectées par Pôle emploi progressent légèrement, cela s'explique essentiellement par des offres d'emploi occasionnel de moins d'un mois. L'emploi "durable" (de plus de 6 mois) se raréfie encore avec une baisse de 1,6 %.


  MARC VIGNAUD



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir