Chômage, violence: les femmes trinquent encore plus dans les quartiers défavorisés

Une étude du Haut conseil à l'égalité entre les femmes et hommes publiée ce jeudi montre que les inégalités entre les hommes et les femmes sont encore plus fortes dans les zones urbaines sensibles.

Aucun territoire, aucun milieu social n'est épargné par les inégalités entre les hommes et les femmes. Mais ces inégalités, sources de discriminations, peuvent parfois s'aggraver, ou prendre des formes différentes, notamment dans les territoires fragilisés comme les zones urbaines sensibles. C'est cette approche territoriale qu'a choisie le HCEFH dans sa dernière étude parue ce jeudi.

Plus de chômage

Dans les zones urbaines sensibles près d'une femme sur deux (47%) n'a pas d'emploi, contre un peu plus d'une sur trois hors ZUS. Si tous les habitants des ZUS connaissent des taux d'inactivité plus élévés que ceux qui vivent hors de ces quartiers, l'étude du HCEFH montre bien que l'écart entre femmes et hommes dans l'accès au marché du travail (8 points en moyenne hors ZUS) est très accentué dans les ZUS où il atteint 16 points. Une situation qui a empiré en quatre ans: alors que le taux d'inactivité des femmes a augmenté de 5 points entre 2008 et 2012, il n'a augmenté que de 1 point pour les hommes. Dis autrement, les femmes qui vivent en ZUS et qui souhaitent travailler subissent plus fortement les discriminations liées à leur sexe que les femmes qui vivent ailleurs en France.

Plus de violences

Le sentiment d'insécurité est plus répandu chez les femmes qui vivent en ZUS que chez celles qui vivent hors ZUS: 32% d'entre elles disent éprouver un sentiment d'insécurité dans leur quartier, contre une sur cinq dans le reste de la population.

De plus, près de 10% des femmes habitant en ZUS ont déjà été victime de violences physiques et/ou sexuelles, contre 6% dans la population générale. Les violences au sein du couple touchent 3,8% des femmes qui habitent les quartiers sensibles, contre 2,4% hors ZUS.
Sur ce sujet comme sur la question de l'emploi, l'inégalité hommes/femmes est accentuée en ZUS. En effet hors ZUS 5% des hommes déclarent avoir été victimes de violences, contre 6% en ZUS. Des taux proches, mais qui n'empêchent pas que le sentiment d'insécurité des hommes soit deux fois plus élevé dans les ZUS qu'en dehors des ZUS.

Moins discriminées à la campagne?

Outre les quartiers sensibles, les auteurs de l'étude du HCEFH ont choisi de se pencher sur la situation des femmes dans une autre partie du territoire souvent oubliée: le milieu rural, qui concentre près de 10% de la population française. Premier constat: les femmes vivant à la campagne sont un peu plus souvent diplômées du supérieur que sur le reste du territoire (21% contre 19%).

Des diplômes qui les protégeraient du chômage? Pas vraiment: en milieu rural 61% des demandeurs d'emploi de moins de 25 ans sont des jeunes femmes, contre 39% de jeunes hommes, alors que la proportion s'équilibre à 50/50 sur le plan national. L'inégalité hommes-femmes est aussi accentuée en milieu rural pour le temps partiel et l'emploi précaire. Mais c'est sur la question de l'entrepreneuriat que cette discrimination s'exerce le plus fort: ainsi seulement 28% des femmes agricultrices ont bénéficié en 2010 de l'aide à l'installation versée aux jeunes agriculteurs, contre 39% des hommes du même âge.

Preuve que dans le domaine des inégalités hommes-femmes, l'herbe n'est pas plus verte à la campagne.


Portrait de ZUS

Les "Zones urbaines sensibles", comme sont désormais désignés les quartiers les plus défavorisés, regroupent 4,4 millions d'habitants, soit 7% de la population française. Des quartiers plus jeunes, qui comptent plus d'immigrés (22% en ZUS contre 10% hors ZUS), et aussi plus de jeunes femmes entre 23 et 30 ans. L'âge moyen des femmes habitant en ZUS est de 32 ans, contre 39 ans hors ZUS. Dans ces quartiers, une famille sur quatre est une famille monoparentale (16% hors ZUS). 35 % de ces familles monoparentales vivent en dessous du seuil de pauvreté.


Sandrine Chesnel




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir