Des chiffres du chômage qui tombent mal

Travail. Le nombre de demandeurs d'emploi en février sera connu ce soir. A quelques jours du second tour des élections, de mauvais chiffres jeteraient un discrédit cinglant sur la politique économique de François Hollande.

LE CALENDRIER ne fait pas de cadeau au gouvernement. A 18 heures ce soir, le ministre du Travail, Michel Sapin, ira une nouvelle fois au charbon pour annoncer la bonne ou, plus probablement, la mauvaise nouvelle sur les chiffres du chômage pour le mois de février. Cet exercice habituellement difficile s'annonce particulièrement sensible à quatre jours du deuxième tour des municipales.

Le gouvernement est d'autant plus attendu au tournant que le séisme du premier tour secoue particulièrement le PS et la politique mise en oeuvre par François Hollande. Une nouvelle hausse risquerait à coup sûr de jeter un discrédit cinglant à celui qui a fait, contre vents et marées, de la baisse du chômage son marqueur social.

Un pic historique en janvier

Il y a quelques semaines, l'Institut de la statistique (Insee), qui mesure le chômage selon les normes internationales, a donné raison au chef de l'Etat, confirmant sa promesse d'une inversion de la courbe du chômage, amorcée fin 2013 : avec un taux de chômage légèrement en recul (- 0,1 point) au 4 e trimestre 2013. Le hic, c'est que le nombre des inscrits à Pôle emploi, dont la publication focalise chaque mois l'attention, n'a jusqu'ici jamais relayé la tendance positive mise en évidence récemment par l'Insee. Fin janvier, avec 3,31 millions de demandeurs d'emploi recensés par Pôle emploi, c'est d'ailleurs un pic historique qui a été atteint. Depuis mai 2011, les chiffres de l'opérateur public n'ont attesté d'une amélioration qu'à deux reprises, en août et en octobre 2013. Une nouvelle hausse, et la majorité présidentielle aura plus que jamais du mal à convaincre les Français qu'il faut attendre la fin de l'année 2014 pour juger sur pièce...

 Catherine Gasté






Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir