Inversion de la courbe du chômage : circulez, y a rien à voir !

INFLEXION SÉMANTIQUE - Le couperet tombe à 18h pour le gouvernement, qui faute d’inversion parle dorénavant de stabilisation.

Le discours évolue selon les besoins. La courbe du chômage devait s’inverser avant la fin de l’année 2013. Il n’en sera rien. L’objectif avait déjà pris un coup dans l’aile avec la hausse de 18.000 chômeurs en novembre. Les chiffres de décembre, publiés à 18h lundi, devraient définitivement enterrer cette promesse gouvernementale. Les ministres ne s’y sont pas trompés ce week-end et ont déjà changé la dialectique, décembre sera le mois de la "stabilisation". Et surtout, l’exécutif se projette déjà plus loin avec le "pacte de responsabilité".

L’inversion de la courbe, un pari à trois mois. L’inversion de la courbe du chômage devait être la baisse pendant trois mois consécutifs du nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi en catégorie A. Le pari avait échoué en novembre avec une hausse de 18.000 chômeurs, après une diminution de 20.500 demandeurs d’emploi en octobre. Décembre devrait marquer la fin d’un pari décrié par tous les instituts statistiques : Stéphane Le Foll, qui était interrogé hier soir sur BFM-TV a admis que sur l'année 2013 : "On n'aura pas, au chiffre près, inversé la courbe du chômage".

Faute d’inverser, le gouvernement va stabiliser. Michel Sapin a estimé dimanche sur Europe 1 que la France "se dirige vers une période de stabilisation". Le ministre du Travail s'est montré optimiste, défendant la politique menée par le chef de l'Etat en matière de lutte contre le chômage, vantant la réussite des emplois aidés : "Le moteur de la politique de l'emploi a donné tous les résultats qu'il pouvait donner". Dorénavant, "l'économie doit prendre le relais de la création d'emplois", a assuré le ministre du Travail.


Sapin : "On s'oriente vers une stabilisation du... par Europe1fr

Passer vite à autre chose. Un objectif en chassant un autre, le gouvernement n’a pas attendu les chiffres de décembre pour passer à autre chose. L’actualité du jour n’est pas la publication de la Dares, mais le "pacte de responsabilité". De l'Elysée au gouvernement, la communication est désormais entièrement tournée vers le succès espéré de la baisse 30 milliards d’euros des charges pour les entreprises. L’entreprise crée l’emploi a acté le président, qui souhaite donner les moyens à ces dernières d’investir et de recruter en supprimant les cotisations familiales. Quant à la promesse d’inverser la courbe du chômage, François Hollande préfère attendre la fin du quinquennat pour être jugé.

Par Alexis Toulon et Olivier Samain

 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir