Les bizarreries des chiffres du chômage

Les chiffres du chômage pour le mois de décembre 2013 seront publiés en fin de journée ce lundi 27 janvier. Des données, comme chaque mois, corrigées des variations saisonnières, selon une méthode non-dénuée d'absurdité.

Noël, le Nouvel an, les cadeaux, les réveillons. Autant d'évènements qui génèrent un surplus d'activité, en particulier dans les commerces en fin d'année. Pourtant, les chiffres du chômage pour le mois de décembre, dévoilés ce lundi 27 janvier, n'en seront pas artificiellement impactés. Les chiffres des demandeurs d'emploi, publiés chaque mois par le ministère du travail, sont en effet corrigés des variations saisonnières.

La Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Darès) du ministère du Travail, retraite les données individuelles collectées par Pôle emploi. Par des calculs savants, elle en gomme les effets de saison qui pourraient perturber l'évolution de la conjoncture. Florilège des bizarreries des corrections des variations saisonnières, les fameuses CVS en jargon de statisticien.

Des phénomènes saisonniers inexpliqués

Certains phénomènes susceptibles de biaiser les chiffres du chômage sautent aux yeux, comme les vendanges, le travail saisonnier ou l'arrivée d'étudiants sur le marché du travail en septembre.

Mais d'autres laissent perplexe. La Darès constate par exemple que, chaque année, quelle que soit la conjoncture, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (ceux qui n'ont pas du tout travaillé sur le mois) baisse de février à mai et augmente de juin à août.

Une récurrence d'autant plus inexplicable qu'elle se combine à un facteur qui devrait entraîner une situation inverse: une atonie traditionnelle des offres collectées par Pôle emploi en début d'année, et une hausse en fin d'année.

Les fermetures d'usines "lissées"

La Darès pondère aussi ces données des "chocs" ou "phénomènes temporaires", autrement appelés "fluctuations résiduelles non périodiques". Une formule qui désigne, entres autres, les faillites d'entreprise.

"Une entreprise qui ferme, engendrera un nombre accru d'inscriptions à Pôle emploi un mois donné, mais ce phénomène ne persistera pas pour autant", explique le service statistique du ministère du Travail.

Ainsi, la liquidation de Virgin ou la cessation d'activité chez Fagor-Brandt, ne gonflent pas les chiffres du chômage du mois où elles interviennent, mais sont "lissées" sur une plus longue période.

Le logiciel américain qui retraite les statistiques françaises

Une fois les phénomènes saisonniers identifiés, il faut adopter des formules de calcul statistique adaptées. Et pour cela, la Darès utilise un logiciel nommé SAS, pour "Statistical Analysis System".

Ce logiciel, sorte de tableur sophistiqué qui corrige les données françaises, est Américain, édité aux Etats-Unis par SAS Institute. Les formules ont été théorisées il y a des années par le Census Bureau, le bureau du recensement outre-Atlantique.

Evidemment, précise la Darès, ce logiciel est totalement "programmable, personnalisable". Pour les CVS françaises, les données sont soumises à des coefficients calculés par des analystes nationaux, en observant les spécificités saisonnières sur les séries statistiques françaises.

D'ailleurs, tous les chiffres passent par ce software "ultra puissant", à même de "traiter des bases de données très lourdes, avec des variables énormes". Pas seulement ceux qui doivent être corrigés des CVS.

Et au-delà du ministère du travail, il est utilisé par la majorité des instituts qui produisent de la statistique publique, Insee en tête.


Nina Godart


A LIRE AUSSI :

>> Pôle emploi : tout comprendre aux chiffres du chômage | metronews.fr - NICOLAS VANEL | 27 janvier 2014



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir