Héroïques redresseurs de courbes, Hollande et Sapin ne chôment pas

François Hollande a rappelé récemment qu'en 1975 Jacques Chirac, alors Premier Ministre, entrevoyait déjà le "bout du tunnel". Et a laissé entendre, dans la foulée, que le président ne ferait jamais pareil.

Patatras ! les mauvais chiffres du chômage pour novembre étaient à peine connus que Hollande se livrait à de remarquable contorsions pour expliquer, en dépit du bon sens, que "l'inversion de la courbe du chômage [était] bien amorcée".
Et le plus drôle, c'est qu'il compte, selon ses conseillers, continuer à ce féliciter de "ce premier bon résultat" tout au long de ses discours de voeux.
Pour étayer sa fragile démonstration, Hollande n'a pas seulement recours à la rhétorique. Avec son ami Michel Sapin, Il n'a pas hésité à accommoder les statistiques à sa sauce. Ainsi, en hollandais, ne faut-il plus parler en statistiques mensuelles mais trimestrielles. Et là tout s'éclaircit. Démontration par le ministre du travail :

"Au premier trimestre, il y avait 300 000 chômeurs de plus, 18 000 au second et 5 500 au troisième. Alors que, pour les deux premiers mois du quatrième trimestre, nous en sommes à une baisse de 3 000 (soit la différence entre 20 000 chômeurs de moins en octobre et 17 000 de plus en novembre)."
Autrement dit, si le 27 janvier, lorsque les chiffres du chômage concernant décembre 2013 seront publiés, le nombre de chômeurs supplémentaires n'excède pas 2 999, Hollande et Sapin pourront se flatter d'avoir gagné leur pari.
Et quasiment réussi à redresser l'économie française.

Le Canard enchaîné | Mardi 31 décembre 2013


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir