Baisse du chômage : «Personne n'est dupe!»

VOTRE AVIS - 20.500, c'est le nombre de chômeurs de catégorie A en moins pour le mois d'octobre. Un chiffre dont se félicite François Hollande, mais dont se méfient les commentateurs du Figaro.fr.

«L'inversion de la courbe du chômage est désormais amorcée.» C'est ainsi que l'Elysée a réagi aux chiffres encourageants d'octobre, publiés jeudi par Pôle Emploi. Mais si la baisse de chômeurs de catégorie A est sensible, les internautes du Figaro restent sceptiques: «Le chômage baisse de 20.500 en catégorie A, mais il augmente de 39.600 en catégorie B & C (personnes ayant exercé une activité réduite, ndlr), soit un record de 4.883.000. Avec les départements d'outre-mer, le total atteint même 5.182.500. Pas de quoi pavoiser, non?» Comme Chevalier Paul, les commentateurs sont nombreux à douter: «Je suis heureux que la conjoncture ait permis en octobre à 20.500 travailleurs de garder leur emploi ou d'en trouver un, mais la lame de fond demeure et les défaillances d'entreprises aussi. C'est une imprudence d'annoncer que la courbe du chômage s'est inversée», souligne Maurice Theillier.

Macedoine a même quelques doutes sur la véracité des chiffres: «Le ‘bug' d'août (car octobre n'est pas le premier mois de ‘baisse' depuis 36 mois) jette un doute sur la fiabilité de l'indice.» La situation économique reste alarmante, insiste XXF: «Les hausses d'impôts flinguent le pouvoir d'achat, et l'inflation législative effraie les entreprises. L'évidence est de reconnaître qu'on peut faire mieux.» «On n'a jamais vu autant de PME déposer le bilan», rappelle Nicole Bonnardot 1.

«La baisse du chômage ne viendra qu'avec la croissance»

Même inquiétude chez Stav Duran: «Quand les PME sont étranglées d'impôts et de charges, elles ne peuvent investir et créer des emplois ou des nouveaux produits.» «Personne n'est dupe!», martèle skype1. En tant que chef d'entreprise, XXF est du même avis: «La baisse du chômage ne viendra qu'avec une croissance suffisante.»

Pour expliquer cette baisse ponctuelle en octobre, les internautes ont d'ailleurs plusieurs idées: «Il y a une augmentation des CDD, ce qui est normal en ces périodes de fêtes: en effet, la plupart des grandes surfaces recrutent du personnel pour la période allant d'octobre à fin décembre, d'autres structures également. Ce qui fait qu'au final, plusieurs milliers d'emplois pour cette période seront supprimés au lendemain du 1er janvier. Cette bataille pour l'emploi est loin d'être gagnée malheureusement», constate Manuel el cordobes. Pour Macedoine, pas de doute, les contrats aidés sont la cause de cette embellie en trompe-l'œil: «L'étalon est faussé par la création artificielle d'emplois qui ont en commun de s'appuyer sur un financement public, c'est-à-dire de plomber précisément l'économie à moyen terme, donc le marché de l'emploi. Une fois de plus, on sacrifie donc le proche et moyen terme à l'effet immédiat d'annonce.» Darkange s'interroge: «Et que va-t-il se passer lorsque ces milliers de contrats vont arriver à terme?»

«La croissance mondiale repart doucement»

Quelques commentateurs voient cependant les efforts du gouvernement d'un bon œil: «Je préfère voir les jeunes dans un boulot, même subventionné, que de les laisser inactifs et vivre des allocations», déclare nbanba, vite rejoint par Joel Didier Engo: «Dans une conjoncture économique particulièrement difficile et encore extrêmement fragile, celles et ceux qui ont retrouvé des emplois ne feront pas la fine bouche...»
Pas de doute pour Pouchoff, «le commerce mondial et les bonnes performances des partenaires comme la Chine et les États-Unis vont indéniablement avoir un effet d'entraînement pour l'économie. La courbe du chômage s'inversera comme dans tous les pays européens. Certains en bénéficient déjà…» Bubu toto reste aussi optimiste, mais appelle à la prudence: «La tendance remonte toujours au bout de quelques temps puis repart à la baisse de plus belle si rien n'est fait! Ce n'est pas le moment de se féliciter d'un rebond temporaire.»

 Charlotte Fichou





Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir