Le gouvernement promet toujours une baisse du chômage, mais pas durable

Le gouvernement est-il en train de revenir sur sa promesse d'inversion de la courbe du chômage? Ce mercredi sur France Inter, Jean-Marc Ayrault a déclaré que «l'objectif, c'est que la courbe s'inverse à la fin de l'année, mais elle ne s'inversera durablement que si la croissance revient». L'exécutif ne promet donc plus un recul pérenne du chômage. À Matignon, on souligne que «le premier ministre a toujours tenu un tel discours», et qu'«il ne fait que décrire une réalité économique». Il n'empêche, il y a une semaine, Michel Sapin soulignait encore sur France 2 que l'objectif était une inversion durable. «Il faut faire reculer le chômage en France, il faut qu'il y ait moins de chômeurs pendant plusieurs mois de suite que les mois précédents, c'est cela inverser la courbe du chômage», avait-il déclaré.

De fait, le recours aux emplois aidés, s'il peut permettre de faire baisser ponctuellement le nombre de chômeurs, ne peut avoir un impact durable. Ce sont les entreprises, et elles seules, qui créent des emplois. L'effet des emplois d'avenir -100.000 seront créés en 2013- jouera en fin d'année mais ne pourra compenser en 2014 l'atonie du marché du travail privé. Une atonie due à une croissance économique insuffisante. Les économistes ne disent pas autre chose. L'OCDE, dans son rapport annuel publié mardi, prévoit un taux de chômage de 10,6 % en 2013, grimpant à 10,8 % en 2014 avant de décliner très légèrement à 10,7 % en 2015. L'Insee voit elle le taux de chômage seulement se stabiliser au quatrième trimestre, à 10,6 %.

Baisse des déclarations d'embauche sur un mois

Les dernières statistiques montrent d'ailleurs à quel point la reprise actuelle est fragile et n'a pas encore d'impact sur l'emploi. D'après l'Acoss, la fédération des Urssaf, le nombre de déclarations d'embauche de plus d'un mois (hors intérim) a diminué de 2,4 % en octobre. Et en septembre, les effectifs intérimaires sont en baisse de 1,2 % sur trois mois. Or, l'intérim est un indicateur avancé du marché du travail… Au troisième trimestre, la France a détruit 17.000 emplois. Fin septembre, le pays comptait 3,29 millions de personnes inscrites à Pôle emploi et sans aucune activité.

Cécile Crouzel



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir