Chômeurs de longue durée : les oubliés du gouvernement

La France compte désormais plus de 2 millions de chômeurs de longue durée. Un record.

C'est le mal français, dont le gouvernement ne parle pas. La France compte, depuis le mois de septembre, plus de deux millions de chômeurs de longue durée (plus d'un an). Un record. Pire, parmi eux, un sur deux est inscrit à Pôle emploi depuis plus de deux ans. C'est une bombe à effet immédiat. Pour les chômeurs concernés, d'abord : plus la période de chômage est longue, plus forte est la difficulté à retrouver un emploi. « Un gros trou sur un CV inquiète toujours un patron. C'est malheureux mais c'est comme ça », confie un PDG. Pour la société française ensuite : une étude publiée, jeudi dernier, par l'association ATD Quart-monde chiffre à 33 milliards d'euros le coût global pour le pays (minima sociaux, manque à gagner fiscal, etc.) d'un tel chômage, souvent synonyme d'exclusion. « Un énorme gâchis économique et humain », insiste l'association.

Le phénomène semble totalement occulté du discours public, focalisé sur la priorité affichée à la lutte contre le chômage des jeunes. Un engagement majeur de campagne de François Hollande. « Le gouvernement ne parle que des contrats d'avenir ! regrette l'ancien ministre UMP du Travail, Xavier Bertrand. Cette politique pénalise les seniors, nombreux parmi les chômeurs de longue durée. » « Faux ! Le problème n'a pas disparu de notre action, nous avons décidé de renforcer les moyens de Pôle emploi sur cette catégorie de chômeurs », rétorque le ministère du Travail. De fait, dans le cadre de sa réorganisation interne, Pôle emploi vient d'abandonner le suivi mensuel généralisé des chômeurs pour une approche plus segmentée, devant permettre de concentrer les moyens sur les chômeurs les plus en difficulté. « Les chômeurs de longue durée peuvent bénéficier, comme les autres publics les plus éloignés de l'emploi, de l'accompagnement renforcé, aujourd'hui assuré par 3.000 conseillers contre 500 auparavant. Nous travaillons aussi dans dix départements avec les conseils généraux sur un accompagnement global qui prend en compte l'ensemble des difficultés sociales que rencontrent ces chômeurs », explique Jean Bassères, DG de Pôle emploi. Et si le gouvernement n'a pas, contrairement à la précédente majorité, lancé de plan spécifique sur le chômage de longue durée, le ministère pointe que certains contrats aidés ont été redirigés vers ce public.

La faible mobilité : « un de nos problèmes culturels »

A ces divergences politiques s'ajoute une difficulté propre au modèle français : un droit du travail rigide qui protège, certes, ceux qui ont un emploi mais se révèle un frein à l'embauche qui enferme les autres dans l'emploi précaire. « La vraie protection serait d'assouplir le droit du travail », conseille Mathieu Laine, économiste et président du cabinet Altermind, qui pourrait reprendre à son compte la phrase de Margaret Thatcher : « La meilleure des protections sociales, c'est d'avoir un emploi ! »

Au chapitre des lourdeurs hexagonales, s'ajoute la faible mobilité géographique alimentée, parfois, par le refus d'aller exercer un nouveau job loin de chez soi. « C'est l'un de nos problèmes culturels, constate Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef. Aux Etats-Unis ou aux Pays-Bas, les mentalités plus nomades jouent en faveur de l'emploi. » Autant de pistes, peu ou pas explorées - même si l'accord sur la sécurisation de l'emploi de janvier 2013 marque un petit assouplissement du marché du travail -, qu'il serait sans doute plus judicieux de creuser que d'évoquer en permanence l'inversion de la courbe, sans effet sur le chômage de longue durée.

Fabien Namias, Directeur général d'Europe 1.







Commentaires   

 
0 #2 JCS 19-11-2013 05:53
LA REALITÉ : Un chef d’entreprise choisira le plus souvent quelqu’un au chômage depuis deux mois seulement que depuis deux ans.
Citer
 
 
0 #1 PBlanc 19-11-2013 05:47
Faut-il obliger les demandeurs d’emploi à suivre une formation ? Mais ce sujet se heurte à plusieurs obstacles : système complexe, problèmes financiers, difficultés d’accès à une formation…
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir