Combien y a-t-il vraiment d'emplois non pourvus en France?

Environ 400.000 tentatives de recrutement sont abandonnées chaque année en France faute de candidats, selon une étude du COE.

Alors que le taux de chômage en France touche près de 11% de la population active et que plus de cinq millions de personnes pointent à Pôle emploi, des centaines de milliers d'emplois ne sont pas pourvus chaque année en France. Un comble que ne manquent pas de dénoncer régulièrement les dirigeants politiques.

Les évaluations sont toutefois aussi nombreuses qu'imprécises, révélant l'absence de diagnostic clair sur le sujet: Nicolas Sarkozy parlait de 500.000 offres non satisfaites, l'actuel chef de l'Etat François Hollande en a évoqué 200.000 à 300.000. En réalité, il y en aurait 820.000, selon une étude du Conseil d'orientation pour l'emploi (COE) publiée lundi 30 septembre.

Ce chiffre n'est cependant pas pertinent: il s'agit du nombre d'emplois disponibles à un moment donné sur le marché du travail et pas seulement des emplois difficiles à pourvoir. En retranchant de ce nombre les emplois à pourvoir découlant du seul chômage structurel, et en prenant en compte les délais moyens de recrutement, le COE chiffre à au moins 400.000 le nombre de tentatives de recrutement abandonnées chaque année en France faute de candidats.

Les causes des difficultés de recrutement

La question est de savoir pourquoi ces offres d'emplois ne trouvent pas preneurs. Le COE identifie trois grandes causes de difficultés de recrutement : le déficit d'attractivité de certains métiers - autrement dit le manque de candidats -, l'inadéquation entre les compétences attendues par les recruteurs et celles disponibles - soit un déficit de compétences des candidats-, et le manque de flexibilité du marché du travail.

Ces différents facteurs sont difficiles à pondérer, prévient le COE : leur importance varie selon les métiers et les secteurs. Si certains métiers se caractérisent en effet par des conditions de travail peu attractives, il n'y a pas de corrélation générale entre les métiers en tension et les métiers aux conditions de travail difficiles.

L'inadéquation de la formation des candidats aux besoins du marché du travail est en revanche bien une réalité, notamment pour les métiers émergents. Toutefois, note le COE, les trop fortes exigences des employeurs sur le profil des candidats qu'ils souhaitent recruter peuvent limiter le vivier des candidats possibles. Il n'en demeure pas moins qu'il faut mieux identifier les compétences disponibles et attendues sur le marché du travail, préconise le Conseil d'orientation pour l'emploi.

L'étude du COE liste également les métiers touchés par des difficultés de recrutement. Il s'agit des métiers des industries mécaniques et du travail des métaux (ouvriers qualifiés), de l'électricité électronique (dessinateurs), des industries graphiques (ouvriers qualifiés de l'impression), de la maintenance, de la santé (aides-soignantes, infirmiers), de l'informatique (développeurs et chefs de projet) et du commerce (cadres commerciaux). A cette liste non exhaustive s'ajoutent d'autres métiers déjà connus : les aides à domicile, les métiers de l'hôtellerie-restauration, les métiers de bouche (boucher, charcutier) ou encore les conducteurs d'engins.





Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir