Chômage: des statistiques trompeuses ?

Le gouvernement a annoncé ce mercredi 25 septembre une baisse "significative" du chômage au mois d'août. Une baisse en réalité amplifiée par une forte hausse de radiations d'inscrits à Pôle emploi.

Le chômage a enfin baissé en août, après deux ans de hausse continue. Il recule de 1,5% pour les individus n'ayant exercé aucune activité, soit 50.000 inscrits de moins à Pôle emploi par rapport au mois de juillet, selon les chiffres publiés ce mercredi 25 septembre.

Une baisse qualifiée de "significative" par le gouvernement. On avait plus connu de recul de cette ampleur depuis les mois de novembre et décembre, alors que la croissance était encore soutenue à l'époque. De bons chiffres donc, d'autant que tous les signaux convergent pour attester d'une amélioration. Les contrats aidés fonctionnent.

35% de radiés en plus en un mois

Pour autant, il y a un loup dans ces statistiques. Il y a une catégorie, appelée "sortie pour cessation d'inscription pour défaut d'actualisation". Elle comptabilise les sans-emplois censés venir à Pôle emploi actualiser leur dossier. Or dans les chiffres du mois d'août, le nombre de personnes qui ne sont pas venues mettre à jour leur inscription est exceptionnellement élevé.

Un mois dit "normal", environ 200.000 personnes ne se présentent pas à leur rendez-vous mensuel chez Pôle emploi. Au deuxième mois de l'été, ce sont 270.000 personnes qui n'ont pas fait le déplacement. Le ministère s'est même fendu d'un astérisque sur ce chiffre, précisant qu'aucun changement de comptabilité ou de méthode n'expliquait une telle augmentation.

Ce phénomène inexpliqué amplifie sans doute une tendance, qui est réelle, d'une stabilisation du chômage. Il relativise toutefois l'ampleur du retournement…

Emmanuel Lechypre






Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir